Comment les ministres vivent-ils les dernières heures avant le remaniement annoncé ?

avril 17, 2018 7:09
0

Comme « Les derniers jours d’un condamné », le roman de thèse de Victor Hugo, votre quotidien électronique, Guineenews, a enquêté auprès des proches des ministres du Gouvernement Youla pour comprendre comment ils vivent les dernieres heures à leur poste, avant le remaniement tant annoncé.

« Il vient régulièrement au bureau. Hier, nous avions mangé ensemble. Il ne m’a pas l’air de quelqu’un qui est inquiet. Au contraire, je l’ai trouvé serein, confiant et souriant », a confié un proche d’un ministre contacté par notre rédaction.

« Mon boss est à l’étranger pour des soins de santé. On s’appelle trois fois par jour pour lui donner des nouvelles. Si le critère de confirmation, ce sont les résultats, nous ne sommes pas inquiets. Au contraire, on est confiant. On fait ce qu’on peut. On a entamé des réformes et on veut les finir. Mais le dernier mot revient au président », a renchéri un proche d’un ministre stratégique contacté mardi par notre rédaction.

« Le patron de mon ami a chaud. Il est embêté par ce qui se passe dans son ministère. Le problème a pris une ampleur. Il a été convoqué à deux reprises à la présidence. Ils se rejettent la responsabilité », a encore confié un chargé de com d’un ministère.

Selon un membre de la cellule de communication d’un autre ministère, leur chef de département agirait comme si les carottes sont cuites. « Il ne prend plus d’initiatives, c’est comme s’il attendait son  sort. D’ailleurs, ce que tu n’as pas pu faire depuis janvier 2016, ce n’est pas maintenant que tu le feras ».

Pourtant, sur le terrain, malgré l’annonce d’un remaniement imminent, c’est maintenant que certains ministres, jusque-là effacés et discrets, font semblant de bouger pour apparaître au petit écran.

Par contre, d’autres continuent leur travail comme auparavant. Mais les uns sont plus actifs que d’autres.

Le ministre Rachid Ndiaye, après une mission- éclair à Paris pour médiatiser l’affaire « Grenade » a fait un tour au siège de la RTG- Boulbinet, un média public qui se trouve dans un abandon total.

Quant au ministre de la santé, Abdourahmane Diallo, il était sur le terrain pour visiter les grands chantiers de son département comme les travaux de finition de l’hôpital Donka.

De même, les ministères des secteurs économiques ont reçu une mission d’évaluation du FMI. Malheureusement, les contre-performances budgétaires sont ressenties, reconnaît la ministre des Finances, Maladho Kaba.

Le ministre de la sécurité, Me Kabele Camara, a reçu son homologue algérien de l’intérieur pour une visite de travail. Le lendemain de son arrivée, les deux pays ont signé cinq accords de coopération.

En attendant, le pays retient son souffle, en attendant le nouveau gouvernement. Dans les quartiers, l’opposition ironise en disant que les feuilles rames sont introuvables dans les boutiques pour ceux qui rédigent les CV kilométriques.