Commune de Dixinn : le maire décline ses attentes de l’Aficcon

0
1813
Après l’annonce de l’adoption du projet de l’Agence de financement des communes de Conakry (AFICCON), à l’image de ses collègues de Matoto et Ratoma, le maire de la commune de Dixinn a accordé un entretien (AUDIOVISUEL) à Guineenews. Tout en reconnaissant l’importance d’un tel projet, Samba Diallo reste un peu perplexe. S’inspirant de sa récente expérience à la tête de commune de Dixinn, ce maire issu de l’opposition ne veut pas jubiler avant de voir la mesure se concrétiser. Mais pour autant, Samba Diallo se dit prêt à relever les défis au profit des populations si le gouvernement donnait les moyens aux communes, dans le cadre de la retrocession. Nous vous proposons ci-dessous, la version décryptée de l’entretien.

Guineenews© : monsieur le maire, il y a un peu plus d’une semaine, le gouvernement, en conseil de ministres, a adopté le projet de l’Agence de financement des communes de Conakry (AFICCON). Quelle en est votre réaction?

Samba Diallo: ma réaction a été positive, en ce sens que ce qui a été dit va dans le sens d’améliorer les conditions de vie des populations. J’en suis très ravi, j’accueille cela très favorablement. Mais j’avoue que je suis obligé de me réserver de tout commentaire parce qu’il faudrait que l’acte soit joint à la parole. Si les deux partent de paire, en ce moment, je pourrai faire de commentaires. Mais d’ici là, je ne peux qu’accueillir favorablement, les (autorités, ndlr) remercier et dire que c’est quelque chose qui a mis trop de temps. Depuis qu’on a été installé, il y a un an quelques mois, nous sommes en train de végéter parce qu’on n’a pas beaucoup de moyens. On a absolument rien reçu comme rétrocession pendant que nous sommes appelés à travailler à la faveur des populations parce que nous sommes issus de ces populations. Nous avons des promesses vis-à-vis de ces populations. Mais les promesses ne peuvent être réalisées que quand l’Etat voudra nous donner la force (les moyens ndlr). (…) Bon, je ne vais pas m’y étendre parce que ce n’est pas la peine de politiser les choses, parce que quand les choses sont politisées, les répercutions partiront jusqu’à la base.  Et tu feras du mal à celui que tu ne devrais pas faire du mal. On dit que vouloir allonger le fouet de l’ennemi, on risque de taper l’ami. La population à la base, tout est confondu…

Guineenews©: on en viendra à cet aspect monsieur le maire. Nous comprenons que vous accueillez la bonne nouvelle avec réserve en attendant sa concrétisation. Mais toujours est-il que vous vous avez des promesses. Et du moment que le gouvernement a décidé de faire un pas vers le fait de vous donner les moyens de travailler à la faveur des populations, nous estimons qu’à votre niveau aussi, vous avez une vision, des projets, des initiatives qui pourraient se concrétiser une fois les moyens disponibles. Est-ce nous pouvons en savoir un peu plus?

Samba Diallo: de ce point de vue, je vous dirai que notre détermination ne fait pas défaut. Nous avons des initiatives. Nous avons la volonté. Mais les moyens ne sont pas à notre portée. Voilà ce qui nous freine dans notre élan. Je puis vous donner un petit exemple du passé, quand quelques moyens tombaient dans nos mains. Les moyens là ont contribué à quoi? Les exemples sont frappants. Au temps de la délégation spéciale par exemple, par trimestre, des rétrocessions étaient mises à dispositions. Elles étaient faibles mais bien orientées dans le sens d’accompagner la population dans son développement.

A titre d’exemple à Dixinn ici, le peu qu’on a reçu au temps de la délégation spéciale, c’était directement à la portée de la population. Et les exemples étaient frappants. Nous avons instauré des forages parce que nous avons fait venir l’ensemble des chefs de quartiers pour leur poser la question de savoir de quoi souffrent les citoyens à la base. Ils ont parlé de l’eau. J’ai dit que je peux mettre à leur disposition quatre forages si les quartiers les plus démunis sont déterminés. Les chefs de quartiers, de communs accords ont proposé quatre quartiers. Ils ont installé les forages. Jusqu’à présent, c’est ce qui sert les populations. A titre illustratif, je peux énumérer le forage de la Camayenne qui a été mis en plein cœur du quartier, à la mosquée où tout le monde en profite.

Aujourd’hui les populations sont en train de jouir de cela pleinement. On a mis quatre forages. Jusqu’à présent, ce sont ces quatre forages qui favorisent l’obtention de l’eau pour les populations. Après cela, il y a un cimetière qui était inaccessible. Pour y enterrer un corps, il fallait en déterrer deux (2) à trois (3). C’était pitoyable. J’ai procédé au remblayage de ce cimetière, totalement réaménagé, je l’ai clôturé. Ensuite, le long de la Pharmaguinée que vous voyez, si vous en avez souvenance, c’était des femmes assises sur des tas de pierres, en train de vendre. Il y a eu la décision du déguerpissement. Nous avons automatiquement remblayé et bétonné toute la partie. Aujourd’hui c’est un parc qui est installé là-bas, qui rapporte à la commune mensuellement. Les femmes qui y étaient mal installées sont bien réinstallées. On a monté des tables bacs pour elles. Et elles y sont totalement localisées… Le peu (de moyens ndlr) qui tombait, partait dans le sens d’accompagner les pauvres citoyens à la base dans leur quotidien.

Guineenews©: partant de ces exemples, est-ce que nous pouvons nous projeter vers l’avenir avec le financement annoncé ?

Samba Diallo: ce que je vais vous dire dans ce sens, et à haute voix, est qu’une fois les moyens mis à la disposition des communes, Dixinn sera la commune référentielle. Je me réserve de dévoiler mes initiatives… je dis seulement si on a les moyens, je peux me lever, la tête haute et dire que la commune de Dixinn sera la première. Quoi qu’ils (les adversaires ndlr) feront. C’est l’initiative et les moyens qui travaillent…

Guineenews©: on comprend que vous soyez jaloux de vos initiatives et de vos idées. Est-ce qu’au moins nous pouvons avoir une idée sur le budget dont vous avez besoin pour faire quelque chose de consistant pour les populations de Dixinn?

Samba Diallo: c’est la décentralisation. Dans les conditions normales, les communes doivent être autonomes et subventionnées conséquemment.  Aujourd’hui, je vous dirai qu’en matière d’expertise à la décentralisation, la Guinée a le meilleur expérimenté dans ce domaine. Il s’agit d’Alhassane Condé (ex-ministre de la décentralisation et actuel ministre conseiller à la présidence de la République, ndlr). Le Burkina Faso est venu copier chez nous ici, auprès de nous. Ils sont très avancés. Ils sont venus chez nous, on a échangé. Ils nous ont invités, nous ne sommes pas allés, faute de moyens. En Guinée, nous sommes les meilleurs en initiative, mais les derniers en application.

J’ai eu la chance de rencontrer certains homologues ivoiriens au Canada où nous étions pour une formation. Après avoir échangé, j’ai vu leurs conditions de vie et de travail. J’ai compris que nous ne les atteignons même pas aux chevilles. Les moyens sont totalement mis à leurs dispositions. Et ils sont en train d’émerger. Donc ici, si les moyens sont mis à la disposition des communes, je suis sûr que la base le sentira. Et ce sera à la faveur du gouvernement.

Guineenews©: cette question de moyens, c’est d’abord avant tout la volonté politique des gouvernants. Mais c’est aussi des démarches de plaidoyers, de sensibilisations et d’échanges avec vous les élus. Est-ce qu’à ce niveau il y a quelque chose qui se fait pour amener l’autorité vers ce que vous êtes en train de réclamer ?          

Samba Diallo: je vais vous dire que nous avons la volonté et l’énergie pour l’initiative. On a fait en sorte que nous les cinq (5) maires de Conakry, on s’est réuni pour adresser une correspondance au gouvernement. Attirant son attention sur le financement des communes pour leur permettre de bouger. Cela n’a pas vu le jour. Je ne vous dirai pas que la porte est totalement fermée là-bas. Mais en réalité, elle n’est pas encore ouverte. Donc on n’a pas encore les moyens à notre disposition.

Guineenews©: Revenant au sujet initial, même si vous n’avez pas envie d’exposer vos idées, est-ce qu’on peut avoir une idée sur les problèmes les plus récurrents auxquels les populations sont confrontées ?

Samba Diallo : ce que je vais vous dire dans la commune de Dixiin, et c’est presque partout, tout est à refaire. Tout est prioritaire. Si nous abordons tout de suite le cadre de la salubrité, je vous dirai que c’est prioritaire.  Les cas des inondations, des caniveaux bouchés, vous voyez que c’est prioritaire. Nous allons vers l’école, en vérifiant les établissements scolaires, particulièrement la vétusté de ces dernières, vous trouverez que c’est prioritaire. Si nous abordons la santé, nous avons une zone par là, dans Hafia, qui regorge 13 quartiers dans lesquels il n’y a pas un collège. A plus forte raison un lycée. Il n’y a pas de centre de santé. Cela n’est pas prioritaire? Donc partout où tu regardes, c’est prioritaire. Tu vas dans le cadre de la voirie, c’est la partie la plus enclavée de Dixinn. Donc partout où tu donnes de la tête, c’est prioritaire. Seulement, sans moyens, quelles que soient les idées que nous avons, nous sommes freinés dans notre élan.

Guineenews©: peut-être que l’autonomisation est l’une solution à ce problème de moyens. Est-ce que vous avez une proposition dans ce sens à faire aux autorités ?

Samba Diallo: aujourd’hui, Alhassane CONDE, il a toutes les idées. On n’a même pas besoin d’aller vers eux (les tenants du pouvoir ndlr) pour leur expliquer. Il (Alhassane Condé ndlr) connaît tout ce qui est prioritaire dans les communes… Je vous ai cité les priorités. Vous avez trouvé que tout est prioritaire. Ce qui nous manque, c’est l’autonomisation qui consiste à rendre les communes responsables du développement et mettre les moyens à leur niveau. En ce moment, il y aura une possibilité pour les faire compétir afin de voir quelle est la commune qui émet mieux d’idées, qui accompagne mieux la population à la base. En sachant que la population accompagnée, c’est le salut, c’est la victoire du gouvernement.

Guineenews©: mais est-ce que vous intégrez l’aspect gouvernance, c’est-à-dire la préoccupation qui peut être celle des gouvernants, en se posant la question de savoir, si tous les leviers sont mis à la disposition des communes, il n’y aura pas des problèmes de détournements? Est-ce que la malgouvernance ne sera une pratique de tous les jours dans les communes ?   Est-ce que vous y avez pensé et pris vos dispositions dans ce sens ?

Samba Diallo: nous n’avons pas à prendre de dispositions dans ce sens. Le bailleur, celui qui finance doit mettre à profit un système de contrôle cohérent qui va lui permettre de savoir que ce qu’il met à la disposition des élus est géré correctement. On ne doit même pas donner le temps. Et quand c’est géré correctement, ça apparait. S’il y a un détournement, c’est qu’il n’y a pas de suivi.  S’il y a le suivi, le détournement ne peut pas être possible.

Guineenews©  : avant de terminer, cet entretien, nous souhaiterions aborder la question de cohésion sociale.  Nous savons que le problème communautariste est entier aujourd’hui en Guinée. Aucune commune n’en est épargnée. A votre niveau ici, est-ce qu’il y a des initiatives qui peuvent, à défaut d’endiguer définitivement le problème, au moins en réduire l’ampleur.

Samba Diallo: je dirai que la commune de Dixinn est la plus cosmopolite qui puisse exister. Vous trouvez tout le monde ici. Ce qui fait que vous avez tous les partis dans la commune de Dixinn. Pour la diriger, il faut de l’intelligence et de la patience. Moi, depuis le temps de la délégation spéciale, je ne pense pas… Vous suivez ce qui se passe en tant que journaliste… Je ne pense pas qu’un seul jour, vous ayez appris qu’il y a eu des cris à la commune de Dixinn, ou que vous soyez venu assister à des palabres à la commune de Dixinn. C’est pour vous dire que je sais comment tenir chacun. Dans ce que je fais dans la commune, j’associe tout le monde. Au niveau du système de prise de décision, chaque parti est représenté. Si chaque parti est représenté, quel est celui qui dira qu’il a été lésé?

Au niveau des populations, j’ai dit que ma porte est ouverte pour tout le monde. Je suis le maire de l’ensemble de la population de Dixinn. Je ne suis pas le maire de ma formation politique, mais celui de l’ensemble des populations de Dixinn. Vous pouvez mener vos investigations pour savoir si j’ai rejeté quelqu’un à cause de son appartenance politique. J’écoute tout le monde et tranche ce que je peux trancher. Le reste je le transfère au niveau indiqué. Voilà ce qui fait que vous n’avez pas entendu des cris, et s’il plaît à Dieu, je ferai en sorte que s’il y a des cris, après investigations, on trouve que celui qui crie n’a pas raison.

Guineenews© : Enfin, est-ce que vous avez un message en guise de conclusion ?

Samba Diallo: le mot de la fin, c’est de dire aux populations de Dixinn de compter encore sur l’équipe dirigeante de la commune de Dixinn. Nous sommes à l’écoute des ces populations, nous devons allez vers les gouvernants pour attirer leur attention sur le fait que ces populations sont réellement dans des difficultés. Mais à partir du moment où ils (les gouvernants ndlr) ont lancé ce qu’ils ont lancé, en conseil de ministres, ça a été suivi par tout le monde, nous attendons la mise en œuvre. Une fois cela fait, je peux rassurer les populations de Dixinn, qu’elles se sentiront très à l’aise !

Entretien réalisé par Thierno Souleymane, avec Sékou Sanoh