Communications sur les épidémies: des communicants de trois ministères en concertation à Kindia

août 30, 2018 1:23
0

Après la fin de l’épidémie à virus Ebola en Guinée, des leçons ont été tirées. Parmi celles-ci, figure en bonne place, l’établissement d’un meilleur plan de communication.

Pour éviter à l’avenir des crises sanitaires, le projet régional d’amélioration des systèmes de surveillance des maladies en Afrique de l’ouest, a convié les communicateurs des ministères concernés à une rencontre. Ceci pour élaborer ensemble une stratégie nationale de communication assortie d’un plan d’action. Un  plan qui permettra d’être en mesure de détecter les premiers signaux d’apparition d’une épidémie de maladies transmissibles et d’y répondre avant qu’elle ne se propage.

«Le projet de renforcement des systèmes de surveillance en Afrique de l’ouest est un projet qui consiste à assurer une meilleure surveillance des maladies à potentiel épidémique. Et qui dit surveillance, dit information sanitaire et par conséquent un très bon plan de communication », explique Dr Moustapha Grovogui, coordinateur national du projet REDISSE.

L’objectif de la rencontre est donc de renforcer les capacités intersectorielles nationales et régionales pour une surveillance collaborative de la maladie. C’est aussi se préparer contre les épidémies en Afriques de l’ouest, en jugulant les faiblesses des systèmes sanitaires humain et animal. Cette  initiative du ministère de la Santé a connu la participation de la Direction Générale de Services de Santé des Armées.

«Quand le service de santé des armées est parfaitement intégré au système de santé, au réseau national, nous pouvons fournir des données sur le plan national qui peut être bien exploiter », indique Colonel Ibrahima Kalil Touré, Directeur Général du Service de Santé des Armées.

Pour sa part, Dr Pépé Bilivogui, Secrétaire Permanent de la Plateforme «Une Seule Santé en Guinée », a expliqué la particularité de cette approche.

« C’est dans la collaboration multi sectorielle que cela va permette d’élaborer un plan stratégique qui permettra de fédérer nos efforts pour bouter hors de nos rayons des maladies d’origine animale et humaine », affirme t-il.