Compétition d’Entrepreneuriat Social : la liste des présélectionnés pour la finale publiée

0
482

Les mesures de confinement imposées par la crise sanitaire liée au Covid-19 pèsent fortement sur l’économie guinéenne et frappent de plein fouet les entreprises, déjà confrontées aux conséquences économiques de l’épidémie. Ces restrictions ont ainsi fortement touché l’activité des secteurs agricole, de l’éducation, du tourisme ou encore de la restauration et de lourdes répercussions sont attendues.

Les impacts se font également de plus en plus ressentir sur les populations tant d’un point de vue social qu’économique, aggravant ainsi la situation des personnes les plus vulnérables. Face à ce constat malheureux, et dans le cadre de la promotion de l’entrepreneuriat, le Groupe de la Banque mondiale, en collaboration avec le Salon des Entrepreneurs de Guinée (SADEN) et l’Agence Guinéenne de la Promotion de l’Emploi (AGUIPE) ont lancé le « Social Entrepreneurship Program », afin d’imaginer de nouvelles solutions d’aide et de développement pour le pays et les populations.

Avec pour objectif de soutenir à la fois les porteurs de projets et les entreprises face aux impacts du Covid-19, une compétition a été initiée à l’effet d’encourager l’innovation des entreprises et récompenser le développement d’initiatives visant à faciliter le quotidien des populations dans ce contexte particulier. Du 25 mai au 28 juin un total de 263 projets a été soumis au jury mis en place à cet effet. Parmi eux, 53 ont été présélectionnés et présentés à la presse ce samedi 4 juillet 2020. C’était à la faveur d’un point de presse tenu à Conakry.

Dans son discours introductif, le directeur général de l’AGUIPE, Sékouba Mara, par ailleurs président du Comité d’organisation du SADEN, a tout d’abord exprimé sa gratitude à l’endroit de la SFI, de la Banque mondiale et du Programme de Développement Agricole Intégré de Guinée (PDAIG) pour tout le financement des porteurs de projets et entreprises naissantes qui seront bénéficiaires de ce concours.

Saluant de passage la « compétence, l’abnégation et le sérieux » qui ont caractérisé le travail de l’équipe SADEN pour parvenir à ce résultat de présélection, il a déclaré que l’objectif est d’accompagner les porteurs de projets et entreprises naissantes, tout en leur assurant la formation. Mais aussi de protéger les PME contre les impacts de la pandémie, de permettre aux entreprises de poursuivre leurs activités, de maintenir ou créer des emplois en cette période, de stimuler l’innovation et la créativité des jeunes, ainsi que de faire participer les entreprises au maintien de la stabilité de l’économie guinéenne

De son côté, la représentante pays de la SFI, justifiant les motivations de sa structure à accompagner le projet, a commencé par reconnaitre que les économies du monde entier sont mises en mal par la pandémie du Coronavirus.

« Et c’est dans ce cadre que la Société Financière Internationale, organisation sœur de la Banque mondiale, dont les activités concernent exclusivement le secteur privé dans les marchés émergents, intensifie ses efforts et son engagement auprès du secteur privé guinéen. Parce que les micros, petites et moyennes entreprises sont particulièrement vulnérables aux chocs mondiaux », a indiqué Mme Alexandra Célestin, avant de parler de la mise en place d’un mécanisme de financement accéléré de 8 milliards dollars visant à maintenir les entreprises en activité, à préserver les emplois et à favoriser la reprise économique pendant le refus de la pandémie.

A travers le PDAIG, la Banque mondiale reste un partenaire financier de ce concours. Selon son représentant, Mohamed Sacko, il s’agit d’un appui qui va un peu au-delà de la feuille de route du Projet de Développement Agricole Intégré de Guinée. Puisqu’en réalité, le PDAIG, selon lui, est censé être mis en œuvre dans des localités bien précises et sur des filières assez particulières.

« Vu la situation économique actuelle que le monde traverse, il a été question d’aller au-delà de ce qui est préalablement établi, afin de soulager les couches vulnérables. C’est pourquoi le PDAIG s’est engagé à accompagner le SADEN afin de donner un coup de pouce à ses différents promoteurs. Donc, à ces bénéficiaires potentiels qui vont être nommés tout à l’heure, je leur demande beaucoup d’abnégation, assez de rigueur et de bonne volonté afin de mener à bien leurs projets », a lancé M. Sacko.

A en croire les porteurs du projet, ce concours d’entreprenariat social est organisé pour non seulement promouvoir l’esprit d’entreprenariat au sein de la jeunesse guinéenne, mais également pour impulser une réflexion autour des solutions adaptées aux problématiques liées au COVID-19. Au sortir de ce concours, les lauréats recevront une subvention allant jusqu’à 10.000 dollars.

Il devrait donc contribuer à créer un pont vers de nouveaux emplois et être un tremplin vers l’autonomisation des jeunes guinéens à travers la mise en place d’activités génératrices de revenus dans un contexte difficile pour le secteur privé. Sur les 263 projets qui ont souscrit au concours, seuls 53 ont été présélectionnés. Au finish, il y aura deux gagnants par catégorie. Ce qui fera un total de douze projets.