Conakry : Alpha Condé lance les travaux de la 3ème édition de la semaine du numérique

avril 17, 2018 7:28
0

Organisée par le ministère des Postes, Télécommunications et de l’Economie Numérique en collaboration avec l’Agence de la Promission des Investissements Privés (APIP), la troisième édition de la semaine du numérique a démarré ce mardi 17 avril à Conakry sous la présidence du chef de l’Etat Alpha Condé. «Le numérique au service de entrepreneuriat», c’est le thème retenu pour cette année, a-t-on constaté sur place.

Dans son allocution de bienvenue, la présidente du comité d’organisation de la semaine du numérique, Aminata Kaba, a rappelé que le thème : «le numérique au service de entrepreneuriat» est une première en Afrique. «L’évènement est placé sous le signe de la découverte, du partage, de l’innovation et de l’entrepreneuriat», a-t-elle précisé.

Selon Mme Kaba, cette semaine du numérique est un ensemble d’activités dédiées au développement de l’écosystème et de l’entrepreneuriat dans le numérique notamment de potentiels investisseurs, des professionnels, des experts du numérique, des jeunes entrepreneurs, des enseignants chercheurs et des étudiants. « La semaine du numérique a pour objectif global, l’entreprenariat dans le numérique par le développement de solutions applicables et adaptées aux besoins réels pour une promotion d’emploi ainsi que le développement socioéconomique de la Guinée», a-t-elle expliqué.

Prenant la parole, le ministre des Postes, Télécommunication et de l’Economie Numérique, Moustapha Mamy Diaby, a déclaré qu’au cours de cette semaine, qu’ils discuteront de la création, de l’innovation, de l’entrepreneuriat et de la mobilisation des ressources ainsi que le renforcement des ressources humaines.

«Il n’y a pas de développement sans l’entrepreneuriat. Faisons l’entrepreneuriat dans le numérique pour promouvoir la création des start-up et des applications répondant aux besoins des différents secteurs», a-t-il expliqué, avant d’annoncer que les administrations publiques ont commencé à prendre conscience de l’importance du numérique pour le développement économique. «Cependant, il reste encore à faire des bons choix d’une meilleure corrélation entre les besoins et les solutions à apporter. S’il y a un domaine que le numérique bouleverse, c’est la création d’entreprises, les nouveaux outils apportent une nouvelle façon d’entreprendre, plus légère, plus coopérative, plus ouverte sur le monde et plus créative autant dans les produits proposés que dans l’organisation», a-t-il ajouté.

A en croire le ministre Moustapha Mamy Diaby, le numérique ne se contente pas seulement de stimuler des nouveaux business. Mais plutôt,  qu’il fasse aussi évoluer le monde d’entreprenariat. «Le rôle central de start-up dans l’économie numérique appelle une analyse de dispositif de création, de financement et d’intégration de notre environnement (…). «Le Numérique constitue un véritable réservoir de la croissance notamment dans le domaine de la robotique et de l’internet», a-t-il cité.

Parlant toujours de l’organisation de la semaine du numérique, Moustapha Mamy Diaby a mentionné qu’un concours a été organisé pour identifier les meilleures applications et des meilleures solutions aux problématiques locales.

«Au total 92 candidats sur toute l’étendue du territoire national ont été enregistrés. Un jury a procédé à la présélection de 18 candidats. Au cours de ces quatre journées, les 18 candidats vont compétir pour avoir des lauréats qui bénéficieront des prix qui sont entre autres, des voyages d’études, des outils, du matériel et des ressources leur permettant de faire face à leur défit quotidien. La Guinée est pleine de talents, encadrons-les et donnons-leur des visibilités (…)», s’est-il engagé.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le président de la République Alpha Condé a fait comprendre que le retard qu’a accusé le continent africain pourrait être rattrapé grâce à la maîtrise des nouvelles technologiques.

«L’Afrique a raté les trois premières révolutions industrielles. La première, l’esclavage, a vidé l’Afrique de toutes ses forces vives. Les deux autres sont de la colonisation. Aujourd’hui, nous avons la quatrième révolution. Il est extrêmement important que l’Afrique soit au rendez-vous de cette révolution industrielle. Il s’agit de la maîtrise des nouvelles techniques et technologies, ce qui va permettre à l’Afrique de rattraper son retard  par rapport aux pays les plus avancés. Grâce aux nouvelles technologies, là où les gens ont mis 30 ans, on peut mettre 3 ans. Cela suppose que notre jeunesse maîtrise les nouvelles technologies», a-t-il expliqué.

Poursuivant, Alpha Condé a reconnu que la Guinée a deux handicaps aujourd’hui. «Le premier il faut informatiser l’administration publique. Mais très malheureusement, la plupart des fonctionnaires guinéens ne connaissent pas les nouvelles technologies. Cela est un handicap que nous allons dépasser avec le rajeunissement de l’administration», a-t-il promis.

Pour ce qui est du deuxième handicap, Alpha Condé a affirmé qu’il s’agit de la non-maîtrise de la langue anglaise. «Malheureusement l’essentiel de la nouvelle technologie est en anglais. Donc il est important que nous commencions à enseigner la langue anglaise dès l’école primaire. La preuve, lorsqu’on va à Davos, tout le monde parle l’anglais y compris le président français (rire)», a-t-il promis de nouveau.

Pour Alpha Condé, si nous voulons lutter contre l’exode rural, il faut que le jeune Guinéen qui se trouve au village ait les mêmes avantages que le jeune Guinéen qui se trouve à Conakry. «S’il y a l’internet au village, les jeunes n’ont pas besoin de venir gonfler l’effectif des jeunes à Conakry en augmentant le chômage», a-t-il estimé.

 Selon les organisateurs, plus de 3 000 invités participeront à cette semaine du numérique qui prendra fin le 20 avril 2018. Des débats de haut niveau et des panels sur des questions relatives à la vie numérique seront organisés.