Conakry : Catholic Relief Service se prépare à fêter ses 75 ans d’existence

0
577

Le Catholic Relief Services (CRS) s’apprête à célébrer ses 75 ans d’existence, mais aussi ses 18 ans de présence en Guinée. L’annonce a été faite mardi 4 décembre à Conakry lors d’une conférence de presse.

A l’entame de son intervention, le Représentant-résident du CRS en Guinée, le Dr Bihizi Jean-Marie, a fait savoir que sa structure est une organisation  de l’église catholique américaine qui a été créée en 1943 par les évêques catholiques américains. Son objectif, dit-il,  c’était pour venir en aide aux réfugiés et aux déplacés de la deuxième guerre mondiale. « Alors, la mission principale de CRS, c’est servir les plus démunis et les plus défavorisés selon l’enseignement social de l’église catholique », a-t-il fait savoir.

En Guinée, le CRS a commencé ses interventions en 1996 dans l’assistance  aux réfugiés venus du Libéria et de la Sierra Leone. Cette assistance a duré jusqu’en 2005. « CRS a commencé à intervenir en Guinée pendant la guerre en Sierra Leone et au Liberia. Nous avons assisté les réfugiés avec l’aide du Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR) et avec le Programme alimentaire mondial (PAM) », a indiqué le Dr Bihizi Jean-Marie qui ajoute que c’est en 2000 que sa structure est établie en Guinée avec la mise en place d’un bureau. Quand il y a eu la guerre en Côte d’Ivoire, le CRS a également apporté son assistance aux réfugiés ivoiriens.

Selon le Dr Bihizi, au-delà des cas d’urgence, CRS intervient actuellement dans trois projets en Guinée : « actuellement nous avons trois grands projets. Le projet financé par le Fonds mondial pour la lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme. Mais aussi un projet financé par la Banque mondiale à travers l’Organisation de la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMSV) et un troisième projet financé par l’USAID qui est un projet ‘’cohésion culturelle pour la paix et la prospérité’’ (2C2P). »

L’autre cas d’urgence qui a connu la participation de CRS, c’est celui de l’épidémie à virus Ebola. « CRS a pris part à la riposte contre la maladie à virus Ebola. Nous avons constaté tous que les derniers cas d’Ebola venaient des cliniques privées. Alors CRS a décidé d’investir dans les cliniques privées en créant un réseau de cliniques privées mais aussi en appuyant le réseau confessionnel chrétien », a affirmé le Représentant-résident de CRS. Cette intervention a consisté, selon lui, à fournir du matériel de protection notamment des gants, mais aussi assister les victimes d’Ebola ou leurs familles.

Dans les zones minières, des conflits éclatent le plus souvent. Là aussi, l’organisation a apporté sa touche pour prévenir le fléau : « Le projet cohésion culturelle pour la paix et la prospérité (2C2P), c’est pour la prévention des conflits parce qu’on constate surtout qu’il y a des conflits dans les zones minières, des conflits à Conakry. Ce projet couvre quatre préfectures en Haute Guinée et trois communes à Conakry (Matam, Matoto et Ratoma.)

Pendant plusieurs années, CRS a soutenu le projet « école de brousse » dans la préfecture de Koundara de 2002-2018 où le taux de réussite des élèves a été très encourageant. « Le projet consistait à former des enseignants, à fournir des matériels didactiques, la construction des hangars de classe. Avec ce projet on a pu construire deux écoles primaires dans la préfecture de Koundara. Les résultats de ce projet en termes d’impact, le taux de réussite a été très encourageant », a expliqué le Dr avant de demander aux partenaires impliqués dans le secteur éducatif à poursuivre le projet, car CRS finançait ces activités sur ses fonds propres : « nous exhortons les autres partenaires qui travaillent dans l’éducation à vraiment continuer ce projet qui est louable, mais qui, malheureusement CRS ne peut pas continuer à financer à cause du manque de financements. »

Donc, à l’occasion de ses 75 d’existence et de ses 18 ans de présence en Guinée, CRS va organiser une journée portes-ouvertes le jeudi 6 décembre à son siège à Kipé : « nous avons une journée portes-ouvertes le 6 décembre qui aura lieu de 9h à 16h. Toutes les personnes qui veulent voir les activités que CRS mène en Guinée peuvent passer pour voir nos réalisations. Nous avons invité les hautes autorités du pays à venir célébrer avec nous le vendredi 7 décembre. »