Conakry : clôture de la célébration de la journée mondiale de la jeunesse

août 30, 2018 6:05
0

Le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes, Mouctar Diallo, en compagnie de son homologue des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow, a procédé ce jeudi 30 août à la clôture de la journée internationale de la jeunesse. «Espaces sécurisés pour les jeunes», c’est le thème retenu pour ce 18ème anniversaire. La cérémonie s’est déroulée à la Bluezone de Kaloum.

Les jeunes par la voix d’Aminata Traoré, membre du ROJALNU/ODD (Réseau des  Organisations de Jeunesse Africaine leaders des Nations Unies pour l’Objectif de Développement Durable), ont plaidé pour une augmentation du budget du ministère en charge de la jeunesse de 0,44% à 2% du budget national afin de lui permettre d’accroitre le niveau de financement des initiatives des jeunes.

Dans la même lancée, ils ont souhaité non seulement la promulgation et l’application des textes de lois relatives à l’animation socioéducative. Mais aussi, l’opérationnalisation de l’Agence nationale de volontariat  de jeunesse ainsi que la finalisation de la mise en place du Conseil National des jeunes. Une structure, disent-t-ils, de représentation, de participation et de coordination des jeunes de Guinée

Prenant la parole, le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow a fait comprendre aux jeunes que ce n’est pas l’intelligence du ministre Mouctar Diallo qui va résoudre les problèmes de la jeunesse mais, a-t-il indiqué, c’est  plutôt le soutien de toute la jeunesse guinéenne qui pourra l’amener à la réussite. «L’eau, l’électricité, routes, l’éducation, la santé (…), sont, entre autres, des priorités. Mais la jeunesse aussi est une priorité parmi les priorités. C’est pourquoi, j’appelle le gouvernement à investir dans la jeunesse en créant pour elle un meilleur environnement», a déclaré Bantama qui prévient : «si nous ne voulons pas que nos jeunes descendent dans les rues, nous devons leur trouver des occupations. Si nous nous n’occupons pas de la jeunesse, elle va s’occuper de nous».

Dans son allocution de circonstance, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi Jeunes, Mouctar Diallo a rappelé que cette année, son département a célébré en différé la journée internationale de la jeunesse pour pouvoir intégrer des nouveautés. «Il y a eu plusieurs activités qui se sont déroulées depuis le 12 août sur l’ensemble du territoire national. Il y a eu des actions d’information, des actions qui ont favorisé des  échanges avec les jeunes à différents niveaux notamment dans les maisons des jeunes à Conakry. Nous avons également engagé des réflexions profondes sur la problématique de la jeunesse…», a-t-il fait savoir.

Poursuivant, le ministre de la Jeunesse a  indiqué que la célébration annuelle des jeunes  est une opportunité pour attirer l’attention des autorités sur les défis et épreuves auxquels les jeunes font face. Il s’agit, a-t-il indiqué, du chômage, la pauvreté, la marginalisation, l’extrémisme, l’autonomisation, la participation, la migration irrégulière (…).

«Mon département est pleinement conscient de cette réalité et c’est pourquoi il s’assigne comme objectif majeur et cela sur les instructions de monsieur le président de la République, de multiplier les initiatives pour que les jeunes prennent leur place et jouent leur véritable rôle pour la prospérité et la promotion de notre pays», a expliqué le président des NFD (Nouvelles Forces Démocratiques).

Pour terminer, Mouctar Diallo a souligné que l’objectif de cette Journée internationale de la jeunesse est de promouvoir auprès des jeunes, des partenaires et des décideurs, le programme d’action mondiale pour la jeunesse à l’horizon 2000 et au-delà. «La mise en œuvre de ce programme à tous les niveaux, exige la création d’une synergie  d’action commune et dynamique en faveur des jeunes dans les quinze domaines prioritaires qu’il définit», a-t-il conclu.