Conakry : des présumés braqueurs des clients de banque mis aux arrêts

0

Le Commissariat Central de Gbessia situé dans la commune de Matoto a présenté à la presse, trois présumés bandits braqueurs des clients des banques ce vendredi 27 novembre, a-t-on constaté sur place.

Dans sa présentation, le Commissaire Central de Gbessia, Mohamed Elmy Bangoura, a annoncé que c’est une situation qui inquiète les populations de la ville de Conakry et environnants.

«Ils sont au nombre de trois présumés spécialistes pris en flagrant délit de vol. Ils ciblent des clients des banques, ils ont des motos, dès que l’intéressé stationne quelque part, ils ont des armes blanches notamment des pinces et des tournevis à travers lesquels ils défoncent les portières des véhicules», a-t-il expliqué.

Comment ces présumés malfrats ont été mis aux arrêts ? L’Officier Mohamed Elmy Bangoura revient sur le mode opératoire.

«Nous avons reçu hier une information d’un citoyen qui a été plusieurs fois victime de vol. Il a expliqué que pour la première fois, les malfrats l’ont volé 34 millions de francs guinéens. La deuxième fois, une somme de 10 millions de francs guinéens a été dérobée avec les mêmes modes opératoires. Après avoir écouté le plaignant, nous avons aussitôt mis en mouvement une équipe. Nous sommes allés à l’Ecobank de Belle-vue dans la commune de Dixinn. Nous avons laissé le sieur entrer dans la banque et ressortir avec un sac pour donner l’impression qu’il a procédé à un retrait. Au même moment, il a été poursuivi par les bandits. Arrivé au niveau de Dabondi, nous avons dit au sieur de garer son véhicule et faire semblant comme s’il partait. C’est ainsi que les gars sont venus pour défoncer les portières du véhicule. Voilà notre stratagème avec lequel nous avons mis la main sur ces présumés bandits», a-t-il fait savoir.

A en croire le Commissaire de Police Mohamed Elmy Bangoura, ce mode opératoire est le système nigérian. C’est pourquoi, a-t-il fait comprendre, c’est un Nigérian qui est à la tête du groupe.

«Ce n’est pas la première fois qu’il est traqué par la police. Dans son audition, il a déclaré qu’il a été arrêté une fois par le Commissariat Central de Matoto. C’est lui qui a envoyé ce mode opératoire en Guinée. Suite à une percussion dans son domicile, des passeports, des puces de téléphones, beaucoup de sacs à dos vides et d’autres objets qui appartiendraient à ses victimes ont été retrouvés. Je demande aux citoyens d’être vigilants. Il y a des personnes qui rôdent autour des banques qui  sont des malfrats. Elles se font passer pour des clients alors qu’elles ne sont rien. Je demande aux responsables des établissements bancaires de renforcer la sécurité autour d’eux», a-t-il lancé.

Interrogé, le présumé braqueur nigérian Mamadou  Emika n’a pas nié les faits. Il s’est défendu d’avoir pris part à des braquages mais pas ceux cités par la police.

«C’est vrai ce que la police a dit. Nous filons des clients des banques. Dès qu’ils sortent de la banque et qu’ils stationnent quelque part, nous défonçons les portières et prenons l’argent. J’ai fait cinq opérations. Pour les 34 millions de francs guinéens que parlent la police, je ne suis au courant de rien. Par contre, ma première opération, nous avons eu 3 à 4 millions de francs guinéens. Lors de la deuxième opération, nous avons gagné six millions de francs guinéens. Nous n’avons rien eu lors de notre troisième opération. Nous n’avons aucun complice dans les banques», a-t-il reconnu.

En ce qui concerne les deux autres, ils ont juré qu’ils ne connaissaient ni d’Eve, ni d’Adam le Nigérian Mamadou  Emika.

Lire vidéo:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.