Conakry : GIZ initie un atelier sur l’inclusion des personnes vivant avec le handicap

février 13, 2019 5:58

A l’initiative de la GIZ, un atelier sur l’inclusion des personnes handicapées se tient depuis lundi 11 février 2019 à Conakry. La rencontre qui durera 5 jours a pour but d’assurer la formation de l’équipe GIZ et ses partenaires en vue de leur sensibilisation sur la problématique des personnes handicapées, mais aussi de mieux connaitre la situation des personnes handicapées en vue de trouver des portes d’entrée de façon concrète à comment intégrer ces personnes handicapées dans les programmes de la GIZ qui œuvre jusque-là dans le secteur de l’éducation et de la santé reproductive et familiale.

C’est du moins ce qu’a indiqué l’assistante technique à GIZ sur le programme de santé reproductive et familiale, Giulia Reichmann,  par ailleurs point focal de la GIZ pour l’inclusion des personnes handicapées.

Venue de la République du Mali, Mme Rokiatou Diakité, consultante et experte en droits des personnes handicapées est toute heureuse de partager son expertise avec les panelistes guinéens autour de la problématique de santé sexuelle et reproductive des personnes handicapées qui, à ses yeux, reste un sujet qui pose énormément de problèmes en Afrique.

« Le Mali et la Guinée, on a presque la même approche, la même situation concrète sur le terrain. Donc, mon expertise va contribuer à apporter un plus à la Guinée qui est à ses débuts dans ce domaine », soutient-elle.

Plusieurs modules sont abordés au cours de cet atelier avec la facilitation d’éminents, dont  Soumana Zamo, conseiller régional de la CBM pour l’inclusion en Afrique de l’Ouest et du Centre.  Son exposé de ce mercredi 13 février a porté sur les organisations des personnes handicapées, leur définition au niveau international, leur rôle, ainsi que les qualités qu’elles doivent avoir mais aussi le comment faut-il s’engager sur les organisations des personnes handicapées.

« L’atelier vise à faire comprendre aux travailleurs de GIZ c’est quoi le handicap, pourquoi il faut s’engager avec les personnes handicapées et comment s’engager avec elles. Donc, c’est ce que nous sommes en train d’expliquer aux travailleurs de la GIZ pour qu’ils comprennent et qu’ils s’engagent à inclure le handicap dans leurs programmes qui sont en cours de mise en œuvre. Notamment dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et au niveau de l’éducation pour qu’ils puissent, d’ici les prochaines années, sortir des indicateurs plus inclusifs du handicap avec des données désagrégées qui montrent que la GIZ a fait un effort pour la promotion des droits des personnes handicapées, conformément à l’article 32 de la Convention internationale sur les personnes handicapées à laquelle l’organisation a certainement souscrit », clarifie l’expert Soumana Zamo.

Une démarche qui enchante la Fédération Guinéenne pour la Promotion des Associations des Personnes Handicapées (FEGUIPAH). Par la voix de son président François Dopavogui, la structure dont l’impact et les ambitions ont été présentés à l’assistance, a évalué à sa juste valeur cette future couverture des personnes handicapées par les programmes de le GIZ.

« La FEGUIPAH collabore déjà avec plusieurs structures. Mais la venue de la GIZ à nos côtés est un grand atout qu’il faut considérer. Parce que cela y va de la jouissance des droits des personnes handicapées ratifiés par l’Etat guinéen. Et la GIZ va prendre en compte la problématique de handicap sur plusieurs volets, notamment la santé. Et qui parle de santé, parle de l’équilibre physique d’une personne pour pouvoir se projeter dans quoique ce soit », a déclaré François Dopavogui.

D’autres thèmes développés s’articulent également autour de la meilleure connaissance du handicap, le module sur le langage, module sur les données désagrégées. Au terme de l’atelier vendredi, un plan d’action sera élaboré pour retenir les actions essentielles sur lesquelles la CBM va travailler et mettre à la disposition de la GIZ en vue d’une meilleure intégration des personnes handicapées.