Conakry: la banlieue renoue avec la violence

juillet 2, 2018 11:54
0

Coïncidence ou pas, à peine l’annonce de l’augmentation du prix du carburant à la pompe est intervenue que des foyers de tension sont signalés dans  certains quartiers de la haute banlieue. Pourtant, à écouter les arguments des grognards sur les lieux de trouble et alentour, il ne s’agit que de problème d’électricité dont la desserte connait quelques faiblesses depuis certains jours à une large échelle. Les endroits ‘agités’ sont depuis hier circonscrits dans la commune de Ratoma et comprennent les quartiers Petit Simbaya, Coza,      Wanindara sur la T5 et vers les rails et Sonfonia du côté de l’université. (Photo d’archives)

Si les manifestants n’ont pas réussi à ramener le courant, par contre ils ont troublé l’ordre public et fortement perturbé la circulation avec tous les effets collatéraux induits. La nuit d’hier et ce matin, des troubles de durée et intensité variables, sont survenus à hauteur de la T 5 en direction de Enco 5 et vers les rails de Wanindara.

L’intervention des forces de l’ordre s’est avérée nécessaire pour ramener le calme. Il faut dire que l’anarchie  avait atteint un seuil critique. La sécurité et l’intégrité physique des citoyens étaient menacées. Des bandes de pillards  avaient entrepris de dépouiller littéralement tous ceux qui avaient le malheur de circuler en ces lieux. Ils  s’emparaient de téléphones portables, de numéraires et de tous autres objets présentant un certain intérêt à leurs yeux. Nul n’était épargné, pas même les piétons.

Ce soir, la situation est redevenue calme. Des embouteillages monstres ont pris le relais, parmi lesquels un qui s’étend de l’aéroport à Tombolia.

On note une certaine rareté des taxis dont les propriétaires sont peut être dans l’attentisme, espérant être rapidement fixés sur les nouveaux tarifs du transport, consécutifs à l’augmentation du prix du carburant.