Conakry : lancement de la « stratégie de recherche active des cas » de Covid-19

0
513

Après la première phase de la stratégie STOP COVID-19 en 60 jours, la Guinée vient de lancer une nouvelle stratégie de recherche active des cas de COVID-19 couplée à la sensibilisation. Le lancement a eu lieu ce mardi 1er décembre 2020, à la Direction régionale de la santé de Conakry.

Outre la Directrice de la Santé de Conakry, Dr Tata Gakou, la rencontre de nombreux invités venus notamment de l’OMS, l’OIM, de CDC, de ALIMA, d’Expertise France, de l’équipe cadre de la Direction régionale de la Santé de Conakry, l’équipe des Directions communales de la Santé de Matoto, Kaloum, Ratoma, Matam et Dixinn et des directions préfectorales de Coyah et de Dubréka, entre autres.

Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la décentralisation de la riposte à la pandémie en Guinée financée par le gouvernement du Canada. Dans son discours de circonstance, Dr Abdoulaye Wone, Coordonnateur du département Santé publique à l’OMI, représentant la Cheffe de mission de l’OIM en Guinée , après avoir acté l’intervention de son institution axé sur la gestion sûre et ordonnée des migrations et à l’apport si nécessaire aux migrants déplacés ou réfugiés, a dit que la pandémie actuelle du Coronavirus démontre, s’il en est encore besoin, que la mobilité humaine est l’un des déterminants les plus importants dans la propagation des maladies transmissibles et surtout celles à transmission d’humain à humain.

« L’OIM, forte de son expertise acquise depuis 2014 dans le cadre de la maladie à virus Ebola, se positionne comme un acteur incontournable en appui aux efforts nationaux pour un système de santé de plus en plus résilient aux chocs externes et même pour garantir une sécurité sanitaire intégrale », a déclaré Dr Wone.

Poursuivant, il a rajouté que grâce à l’appui de beaucoup de partenaires, l’OIM a contribué au renforcement durable des capacités minimales, notamment à travers l’appui à la mise en place et au fonctionnement des centres d’opération d’urgence tant au niveau national, à l’ANSS qu’au niveau déconcentré, la mise en place d’un système intégral de surveillance intégrée de la maladie et la riposte dans les 40 points d’entrée de la Guinée, la création des premières plateformes communautaires. Une liste non encore exhaustive.

Parlant de la première phase de la stratégie STOP COVID-19 en 60 jours, le Coordonnateur du département Santé publique à l’OMI dira que celle-ci a permis de réduire drastiquement les taux de transmission, et qu’avec cette nouvelle stratégie dénommée Recherche active des cas de COVID-19 couplée à la sensibilisation à travers un dépistage des personnes à risque, permettra de prévenir ou tout au moins de limiter l’impact d’une éventuelle seconde vague.

« Dans ce sens, ce projet de centralisation communautaire de réponse à la COVID-19 financé par le gouvernement du Canada va accompagner les efforts de l’ANSS en vue de renforcer les capacités des réponses surtout au niveau décentralisé, notamment dans ce qui est le Grand Conakry ; je veux citer les cinq communes de Conakry, mais également les préfectures de Coyah et Dubréka ».

Ce projet de décentralisation communautaire de la réponse à la COVID-19 a bénéficié du financement du gouvernement canadien. Présente à la cérémonie, la Consule honoraire du Canada en Guinée, Mme Fatoumata Baldé fera noter que l’accompagnement du Canada fait preuve de son engagement sans faille à collaborer aux côtés du gouvernement guinéen dans sa lutte contre cette pandémie.

« Ainsi, le Canada appuie cette initiative en vue de permettre une meilleure réponse communautaire décentralisée au Grand Conakry, à travers un financement de 200.000 dollars canadiens auprès de l’OIM. La COVID-19 a des effets dévastateurs sur le système de santé, sur les économies, sur notre quotidien, et plus particulièrement pour les personnes âgées, marginalisées et les plus vulnérables. Etant donné que cette pandémie ne connait pas de frontières, nous sommes emmenés à travailler ensemble dans cette lutte qui nous concerne tous. Ici, en Guinée ou ailleurs, le Canada collabore sans répit avec de nombreux partenaires internationaux afin de prévenir et dépister la COVID-19. Tous les jours, nous cherchons des solutions de réponse efficaces tout en apportant notre soutien au maximum de personnes touchées dans le monde entier », a-t-elle rappelé.

C’est le Directeur général adjoint de l’ANSS qui a présidé la cérémonie de lancement. Dans son speech, Dr Bouna Yattassaye a indiqué que cette nouvelle stratégie qui est l’un des premiers piliers de la riposte consiste à tester autant que possible pour retrouver les cas, afin de les sortir de la circulation et mieux contrôler la maladie.

« Aujourd’hui, avec un accompagnement de l’OIM auprès de l’ANSS, avec un financement du gouvernement du Canada, nous procédons au lancement de cette stratégie dans la ville de Conakry pour les structures de santé et certains services déconcentrés de l’Etat et structures privées. Au nom du Directeur général et de tout le personnel de l’ANSS, nous croyons en cette stratégie et nous vous rassurons de notre accompagnement et de notre disponibilité afin que nous gagnions rapidement la lutte contre la pandémie. Et cette lutte passe nécessairement par la synergie des actions comme nous sommes en train de le faire aujourd’hui », a conclu l’orateur.

A rappeler la stratégie de recherche active des cas de COVID-19 couplée à la sensibilisation se fait sous le slogan « Halte à la COVID-19 : dépistons-nous ».