Conakry : lancement du programme d’identification unique pour l’inclusion et l’intégration sous-régionale

0
1029

Selon les statistiques de la Banque mondiale, plus de 1,5 milliards de personnes dans le monde, pour 500 millions en Afrique subsaharienne, n’ont aucune preuve juridique de leur identité. En Guinée, seuls 25% des adultes disposent de leur carte d’identité. Or, sans moyen fiable d’identification, il est difficile pour les citoyens d’exercer leurs droits fondamentaux, d’accéder à la gamme de services fournis par les secteurs privé et public.

C’est dans ce cadre qu’il a été lancé le programme d’identification unique pour l’inclusion et l’intégration sous-régionale (Wuri) ce mercredi 26 juin 2019, à Conakry. Outre le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, à la tête d’une importante délégation gouvernementale, l’on notait la présence de plusieurs partenaires au développement et autres représentants des missions diplomatique et consulaires accréditées au pays.

Selon son coordinateur, il s’agit d’un programme inclusif qui va aider l’ensemble des pays de la CEDEAO à pouvoir faire en sorte que leurs ressortissants se sentent chez eux lorsqu’ils seront dans les autres pays de l’espace. Et, répond au premier pilier du Plan national de développement économique et social (Pndes) qui constitue le fondement de toutes les actions de développement du pays.

« Ce programme, va constituer, nous l’espérons, constituer le début d’une nouvelle ère grâce à laquelle les différentes couches d’identification vont accéder aux services qui sont offerts par l’administration, mais aussi par le secteur privé et permettra aux uns et aux autres de réaliser leurs aspirations sans avoir à souffrir des risques d’usurpation d’identité et de falsification de documents », a évalué Ibrahima Sory Keita.

Dans le même sillage, Himy Deen Touré, directeur technique du projet, a indiqué que ledit programme, une fois mis en place, dotera la Guinée de statistiques fiables et sécurisées des populations, et à travers lesquelles on peut facilement définir les politiques publiques, par ricochet, réaliser un vaste éventail de résultats en termes de résultats.

La Guinée et la Côte d’Ivoire sont les pays pilotes du projet sous-régional. Tout en énumérant les avantages liés au projet, Jean Bakou, coordinateur adjoint de Wuri Côte d’Ivoire, a déclaré que celui-ci devrait permettre aux nombreuses personnes qui existent physiquement de l’être aussi juridiquement, tout en régulant le cas des personnes en conflit avec leur identité comme c’est le cas dans son pays.

Le programme bénéficie du financement de la Banque mondiale. Rachidi Radji, représentant résident de cette institution financière en Guinée a salué la qualité du partenariat qui lie son organisme au gouvernement guinéen. « L’appui financier de l’ordre de 50 millions de dollars, dont 25 millions en crédit concessionnel et 25 millions en don, est une parfaite illustration de la qualité de cette coopération pour financer ce programme qui contribue ultimement à l’agenda de la CEDEAO visant la circulation des personnes et de leurs biens », a-t-il confié.

Outil de planification et d’aide à la décision, Wuri est un programme financé par la Banque mondiale. Il vise la mise en place d’un registre fiable et sécurisé des populations, avec pour objectif d’augmenter le nombre de personnes ayant une preuve d’identité reconnue par le gouvernement et facilitant l’accès à certains services. C’est du moins l’information donnée par la ministre du Plan et du développement économique, Mama Kanny Diallo, qui a parlé au nom du gouvernement.