Conakry: le ministre de la Défense lance le Forum International des Personnes Sourdes d’Afrique

0
827

Le ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles et de la Défense Nationale, Dr. Mohamed Diané a procédé ce lundi 25 février au lancement à Conakry des travaux du FISA (Forum International des Personnes Sourdes d’Afrique), a-t-on constaté sur place.

Le ministre de la Défense Nationale avait à ses côtés, ses homologues de l’Education Nationale, Mory Sangaré, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Abdoulaye Yéro Baldé et de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail Lansana Komara.

Dans son allocution de circonstance, la ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, Mariama Sylla a fait savoir que son département a initié grâce à l’appui du PNUD (Programme des Nations Unis pour de Développement) un programme national d’appui d’inclusion sociale et la protection des personnes handicapées.

Ensuite, la ministre Mme Diaby Mariama Sylla a rappelé que la loi portant promotion et la protection des personnes vivant avec un handicap a été adoptée à l’unanimité par députés à l’Assemblée nationale. «Le chef de l’Etat Alpha Condé nous a demandés de procéder à l’élaboration au plus vite que possible les textes d’application», a-t-elle fait fait comprendre.

Dans la même logique, la ministre Mariama Sylla a annoncé qu’ils ont procédé au recrutement d’un grand nombre des personnes handicapées. Le dossier, a-t-elle dit, se trouve au secrétariat général du Gouvernement. «Déjà, nos collègues du Budget et de la Fonction Publique ont déjà travaillé là-dessus et ils l’ont validé», a-t-elle indiqué.

Prenant la parole, Eloi Kouadio IV, le représentant résident adjoint du PNUD en Guinée a expliqué que le thème du forum qui porte sur l’autonomisation des personnes sourdes : défis et perspective sur le plan de l’éducation, de la formation professionnelle et de l’emploi, est un éveil de conscience autour des enjeux fondamentaux liés à l’inclusion des personnes vivant avec le handicap de la surdité.

«Cette réflexion stratégique articulée autour de la thématique  sus évoquée aidera sans nul doute à garantir progressivement l’égalité des chances pour tous et à assurer la participation effective des personnes ayant un déficit auditif au processus de développement et de transformation socioéconomique des pays d’Afrique», a-t-il signalé. .

Plus loin, M. Kouadio a déclaré qu’on estime un milliard de personnes dans le monde qui vivent aujourd’hui avec un handicap et elles sont confrontées à de nombreux obstacles pour participer pleinement à la vie de la société.

«80% d’entre elles vivent dans les pays en développement. Selon les statiques publiées en mars 2017 par OMS (Organisation Mondiale de la Santé), il y a environ 360 millions de sourds dans le monde. En Guinée, le recensement général de la population et de l’habitat de 2004 indique que 5% des 155 885 personnes vivant avec un handicap sont des personnes qui souffrent d’un déficit auditif», a-t-il rappelé.

Se basant sur la Constitution guinéenne, le ministre d’Etat chargé des Affaires Présidentielles et de la Défense Nationale, Dr. Mohamed Diané a indiqué dans son intervention d’ouverture des travaux, que la dignité de tout être humain est sacrée. «Chaque être humain est inestimable et nul n’est insignifiant dans la vie. C’est à ce titre que l’article 5 de la Constitution guinéenne stipule que la personne humaine est sacrée et l’Etat a le droit de la respecter et de la protéger», a-t-il souligné.

Le représentant du chef de l’Etat à cette cérémonie, le ministre Mohamed Diané a affirmé que c’est encore plus explicite au niveau de l’article 8 de la Constitution qui dit que tous les êtres humains sont égaux et nul ne doit être privilégié à raison de son sexe, de sa race, de son ethnie, de sa langue, de ses croyances et de ses opinions politiques, philosophiques.

«En Guinée, la Constitution dans son article 19 paragraphe 2, est consacrée à la promotion et la protection des personnes handicapées. Notre pays est également partie prenante de tous les instruments juridiques relatifs au Droit de l’Homme en général et les personnes handicapées en particulier dont le dernier en date, est la convention internationale sur les droits des personnes handicapées», a-t-il rappelé.

Lire vidéo: