Conakry: les autorités guinéennes lancent la semaine africaine des sciences

0
411

«Seulement 20% des jeunes africains s’engagent dans la filière scientifique »

La semaine africaine des sciences et la journée nationale des sciences et de la recherche ont débuté ce lundi 3 décembre à Conakry. C’est l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry qui abritera les travaux jusqu’au 7 décembre prochain. En Guinée, c’est la première fois que les autorités guinéennes célèbrent la semaine africaine des sciences, qui est célébrée dans 35 pays africains. Le Next Einstein Forum (NEF), qui est une initiative de l’Institut africain des sciences mathématiques (AIMS), en partenariat avec la Fondation Robert Bosch a décidé de promouvoir les sciences en Afrique

« La tenue de la semaine africaine des sciences en Guinée correspond à une vision, celle de promouvoir les sciences, la technique et l’innovation dans nos sociétés. C’est aussi un souhait de voir les sciences occuper toute la place qui leur revient dans le processus de développement de notre pays et plus largement de notre continent. C’est un processus pour lequel la contribution de tous est essentielle », a expliqué Alpha Kabinet Kéita, Ambassadeur de Next Einstein Forum.

Ils sont trois Guinéens à avoir intégré la communauté scientifique du NEF, selon M. Kéita. Il s’est dit engager à tirer profit des sciences au bénéficie des Guinéens. « A l’issue d’un processus très sélectif, nous avons été trois Guinéens à intégrer la communauté du Next Einstein Forum. Deux lauréats et un ambassadeur. En intégrant cette prestigieuse communauté scientifique, nous nous sommes engagés à tirer profit des sciences au bénéfice de nos communautés. C’est ainsi, en tant qu’ambassadeur je me suis engagé à organiser la semaine africaine des sciences en Guinée. Cette semaine africaine des sciences sera l’occasion de mener des activités dans le but de rapprocher les sciences, la société et le politiques. Notre souhait est de voir se développer dans notre pays et plus largement au niveau du continent une recherche scientifique éthique, efficace et compétitive capable de répondre aux questions de développement », a-t-il fait remarquer.

Quant au Vice-président du Next Einstein Forum (NEF), le Dr Youssef TRAVALY a fait savoir que seulement peu de jeunes s’engagent dans la filière scientifique: « 20%, cela représente aujourd’hui le taux de jeunes qui s’engagent dans une filière scientifique contre 80% de jeunes qui vont vers les filières littéraires. 20%, cela représente également en moyenne le pourcentage que les technologies occupent dans les Produits intérieurs bruts (PIB) des nations africaines. »

Cette situation constitue un réel problème au développement de l’Afrique, indique le Dr Youssef qui ajoute qu’il faut vraiment inverser cette tendance: « […] C’est un sérieux problème lorsqu’on parle de transition vers l’économie de la connaissance. Donc il est clair qu’aujourd’hui, si on veut changer ces indicateurs, on doit prendre des mesures radicales, pas seulement au niveau du système éducatif, mais au niveau de la chaîne de valeur de l’éducation. »

Dans son intervention, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, a affirmé que l’organisation de cette semaine des sciences marque la volonté du président Alpha Condé à promouvoir le développement de la science. « Cet événement qui nous réunit aujourd’hui souligne la volonté du président Alpha Condé de promouvoir le développement de la science et de la technologie et d’en faire un véritable levier pour le développement de notre pays. En abritant pour la première fois ce rendez-vous majeur organisé par l’Ambassadeur de Next Einstein Forum et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, c’est l’occasion de remercier Dr Kéïta pour le travail abattu afin d’aboutir à ce résultat. »