Conakry : Les condoléances d’une délégation du FNDC aux familles des victimes des manifs

0
136

La répression des premières manifestations contre le projet de changement constitutionnel la semaine écoulée ne semble pas entraver la détermination du front national pour la défense de la constitution (FNDC : Sidya, Dalein, Ousmane Kaba, Mamadou Sylla, Fode Bangoura, etc.). C’est du moins ce que Guineenews© retient des propos en langue locale soussou du président de l’union  des forces républicaines (UFR), ce dimanche. C’était à l’occasion de la présentation des condoléances aux familles des victimes…

A Cosa, dans la famille de feu Mamadou Aliou Diallo, c’est  Sidya Touré qui a été le porte-parole de la forte délégation politiquement très colorée du FNDC qui a sillonné les quartiers de la banlieue de Conakry, notamment le long de l’autoroute le prince.

Assis aux côtés Cellou Dalein Diallo, en présence de plusieurs responsables de partis politiques et de certaines associations, le président de l’UFR (union des forces républicaines) fustige les circonstances dans lesquelles cet autre décès est intervenu. Puis, M. Touré a présenté ses condoléances à la famille, sans oublier la suite du combat. « Ce pourquoi nous sommes réunis ici aujourd’hui ne devrait pas arriver. Depuis le matin, on est dans ces démarches. C’est difficile. Quel que soit x, nous avons tous des enfants. Et tout ce qui a trait à l’enfant est particulièrement difficile », rappelle-t-il en bon Africain avant de prier pour le repos de l’âme  du défunt jeune homme.

C’est sur le terrain politique que l’orateur prononcera la suite de son discours de circonstance. «…Sortir dans notre propre pays, pour dire qu’on ne partage pas le point de vue de quelqu’un vaut-il le coût de ce que nous vivons », interroge-t-il admettant de passage que s’il s’agissait d’une mort naturelle, il n’y aurait pas de difficultés à accepter la volonté de Dieu.

Et l’ex-haut représentant du chef de l’État de se lâcher : « Ce dans quoi nous sommes, faisons attention », entame-t-il avant d’attaquer sans nommer le pouvoir. « Il y a des gens dans ce pays, nous savons où ils se trouvent, ils veulent brûler ici. Ils veulent brûler ce pays parce que provoquer ce qu’ils provoquent présentement, c’est provoquer la guerre civile…Que Dieu nous en garde. » Néanmoins, suggère-t-il, c’est dur mais il ne faut pas qu’on se décourage…»

En réponse, un doyen désigné à cet effet, à remercié la délégation en disant que la famille accepte la volonté de Dieu mais ne pardonne pas aux bourreaux.

A propos des funérailles, c’est le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo qui déclare qu’elles feront l’objet de concertation entre les familles des victimes et les responsables du FNDC. Précisant qu’au bout de l’autopsie en cours, une copie des résultats sera remise aux familles et une autre aux organisateurs des manifestations qu’ils sont.

A rappeler que les exactions policières suite aux manifestations du FNDC cette semaine ont fait dix (morts) selon les organisateurs, neuf selon les autorités sans compter les blessés au nombre de 70, déclarent certaines sources et plus de 200 arrestations.