Conakry : les victimes du présumé escroc ivoirien expliquent sa méthode d’arnaque

juillet 10, 2019 8:44

Les services spéciaux à la présidence chargés de la lutte contre la drogue et le crime organisé, du Colonel Moussa Tiégboro Camara ont présenté mardi un présumé escroc, de nationalité ivoirienne. Il se faisait  passer comme un chef d’entreprise de levée de fonds pour appuyer les Petites et Moyennes Entreprises (PME). Après cette présentation, des présumés victimes commencent à témoigner. Lisez !

Pour Monsieur X : « C’est ami qui m’a parlé de cette société appellée Groupe OM Négoce SARL. Il m’a dit qu’elle fait la levée des fonds pour appuyer les Petites et Moyennes Entreprises qui sont au début de leurs activités. Comme j’ai une petite entreprise, je me suis intéressé.  Quand j’ai été dans leur bureau, ils m’ont expliqué le processus et les documents à fournir. Ils m’ont donné leur numéro de compte bancaire pour que je fasse le dépôt. Quand j’ai demandé si je pouvais le faire par chèque, ils m’ont dit non. Quand j’ai encore demandé de faire par virement, ils m’ont répondu que cela aussi n’est pas possible. Qu’il faut que je retire l’argent dans mon compte et le déposer dans leur compte.

Ils m’ont dit pour avoir un prêt de 100 millions de francs guinéens, il me faut donner 10 millions de francs guinéens. J’ai accepté et j’ai déposé les 10 millions de francs guinéens pour avoir 100 millions. Alors que j’étais prêt à verser 40 millions pour avoir un montant de 500 millions de francs guinéens, mon ami m’a appelé pour m’informer. Ils m’ont dit que le temps de traitement de mes dossiers est de trois mois tout en me disant que je suis dans un groupe dont le traitement a beaucoup avancé».

De son côté, Monsieur Y dira : « J’ai été contacté par un certain M. Bah qui travaille pour lui. Il m’a dit que son patron voulait une voiture. Ils sont venus dans mon parc automobile. J’ai dit que je vendais mon véhicule de marque Toyota à 10 mille dollars. Il a dit qu’il prend en crédit à payer dans 45 jours.  Quand il m’a dit de lui remettre ma voiture, j’ai dit que je ne le ferais pas sans avoir quelque chose.  Comme j’ai insisté, il m’a remis 10 millions de francs guinéens contre un reçu qu’il a rétabli lui-même. Il m’a dit qu’il va payer 30 millions dans 15 jours  et en 30 jours qu’il va payer les 45 autres millions de francs guinéens.

Après 30 jours, il a commencé à me faire tourner pour me dire qu’il a fait un virement à la banque de 40 millions et que je recevrai le lendemain. Quand j’ai appelé la gestionnaire de mon compte, cette dernière m’a dit que ce n’est pas vrai. Il m’a dit de lui demander le bordereau de virement. Il a été incapable de me fournir cette pièce.

De là, j’ai dit à mon ami que son patron est un arnaqueur. Je lui ai dit que j’ai vécu ce cas similaire en Côte d’Ivoire. Il m’a dit non qu’ils doivent  recevoir un virement de 500 mille euros. Quand j’ai appris qu’il a été mis aux arrêts, je me suis dit de venir déposer ma plainte. Etant même aux arrêts, il continuait à m’écrire des messages pour dire qu’il y a une société ivoirienne qui doit me contacter pour me déposer le reste de mon argent. Pour cela, il me demande de retirer ma plainte…».      

Lire vidéos: