Conakry : mandat d’arrêt contre un enseignant condamné pour viol sur son élève

avril 23, 2018 8:03
0

Le tribunal criminel de Dixinn a condamné par défaut M’Bemba Soumah, un enseignant déclaré coupable de « viol » sur son élève, âgée de 11 ans à l’époque des faits.

L’enseignant en fuite depuis 2016,  a écopé de 20 ans de réclusion criminelle, avec une peine de sûreté de 10 ans. C’est la peine de prison requise par le représentant du ministère public la semaine dernière.

Sur l’action civile, Soumah a été condamné au paiement de 150 millions de francs. Lors de sa plaidoirie le lundi dernier, l’avocat du père de la victime avait sollicité le paiement de 250 millions de francs guinéens. Les faits remontent au mois de mars de l’année 2016. Ce jour, selon M. T Sidibé, le père de la victime, ses filles se sont rendues à l’école Louis Yomba, sise à Hambdallaye (Conakry) pour un cours du soir. « Abou M’Bemba Soumah avait fait sortir tous les autres élèves pour maintenir mes deux filles… Il avait exigé d’elles de  recopier une leçon quoiqu’il faisait nuit », a-t- il rapporté. Les filles ont supplié leur maître afin de les laisser rentrer. Celui-ci n’a pas cédé à leurs supplications. Il permettra quand même à la grande sœur d’aller dans les toilettes. Pendant ce temps, il s’est saisi la cadette qu’il a fait passer de la salle 4 à la salle 3. Là, il a  demandé  à la fille de se déshabiller. Celle-ci a opposé une résistance à l’ordre de son maître. Mais un coup de fouet suffira à faire céder la gamine. « Il avait alors mis ma fille sur le table-banc, il avait commencé à la doigter tout en l’empêchant de crier… Pendant qu’il était en action, la grande sœur était venue le surprendre », a poursuivi monsieur Sidibé lors de l’audience de la semaine dernière. M’Bemba Soumah intimera aux filles de ne rien raconter à leurs parents. « Il leur avait dit : ‘’ vous savez que votre Papa est Wahhabiha (wahhabite, ndlr). Si vous lui racontez cela, il va vous tuer ...’’

Ce lundi, M. T Sidibé s’est dit satisfait de la décision du tribunal. Mais, a-t-il ajouté, sa satisfaction ne sera complète que lorsque le mandat d’arrêt lancé contre M’Bemba Soumah sera exécuté.