Conakry : Pénurie de poissons sur les marchés (constat)

0
572

Depuis plusieurs mois, les différents marchés de la capitale sont en manque de poissons. Il y a un manque criard de cet aliment pourtant très prisé par les familles. Dans le but d’étayer ce manque, notre reporter s’est rendue dans plusieurs marchés de la commune de Matoto afin de toucher du doigt la réalité.

Ainsi, de Kilomètre 36 au marché de Matoto, on constate la rareté du poisson dans ces différents marchés de la capitale.  Une situation qui affecte négativement le panier de la ménagère.

Les femmes ne savent plus où se donner la tête. “Une fois au marché surtout ici à Matoto, on ne sait pas quoi acheter. Tu peux voir le prix d’un poisson qui équivaut à ta dépense, voire plus. Et quand tu leur demandes la raison de cette augmentation, les vendeuses te disent qu’il n’y a pas assez de stocks au frigo. Les pêcheurs n’apportent pas assez de poissons. Du coup, on est obligé de nous tourner vers d’autres sauces qui n’ont pas besoin de beaucoup de poissons telles que la feuille de manioc ou de feuille de patate”, explique, dépitée, Fatoumata Soumah.

Selon certaines vendeuses, ce manque de poissons pèse sur tout le monde, qu’il s’agisse des ménagères, des vendeuses, et même les pêcheurs. Chacun se plaint de sa façon et fait des supitations sur les raisons. C’est le cas de Bountouraby Camara marchande de poissons, qui nous a indiqué que chaque jour, à 4 heures du matin, elle se rend au frigo de kilomètres 36 pour s’approvisionner en poisson.

D’habitude, dit-elle, elle ne payait que 300 mille GNF pour avoir une centaine de poissons qu’elle revendaitt pour avoir un bénéfice de 150 mille GNF.

Maintenant qu’ils font face à cette pénurie de poissons, les choses ont beaucoup changé. Aujourd’hui, regrette-t-elle, elle paye le double de ce qu’elle payait avant, c’est-à-dire 600 mille  GNF voire plus pour une cinquantaine de poissons.

Donc face à une telle situation, elles sont obligées de doubler le prix d’un poisson pour avoir quelques bénéfices.

Un pêcheur rencontré au marché d’Entag affirme que le manque de poissons est dû à la destruction des mangroves qui fait que les poissons ne se reproduisent plus.

Il ajoute que si rien n’est fait dès maintenant, les marchés pourraient manquer le poissons voire s’attendre au pire.

Magnanfing Doré (Journaliste stagiaire)