Conakry : quand une émeute anti délestage à Matam apporte le courant à toutes les autres zones sevrées

mai 8, 2019 3:49

Les jeunes du quartier Matam ont protesté ce mercredi 8 mai contre le délestage dans leurs quartiers.  Très remontés, ils ont déversé des ordures sur la route le Niger paralysant toute circulation avant d’être dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Interrogé dans la foulée, un jeune manifestant du nom de Naby Sylla a confié cela faisait trois jours qu’ils n’ont ni eau ni courant surtout en ce mois saint de Ramadan. « Pour avoir un morceau de glace, il faut payer deux mille francs guinéens. Nos autorités locales sont toutes corrompues. C’est pourquoi nous sommes dans la rue pour nous faire entendre. Nous irons jusqu’au bout car, nous n’avons peur de personne. Cette manifestation est apolitique, nous voulons simplement que l’eau et le courant reviennent dans nos foyers », a-t-il lancé.

Très inquiet, le fondateur d’une école privée d’à côté tire la sonnette d’alarme. « Il faut que l’Etat vienne au secours du quartier. J’ai mon école à côté, mes élèves n’ont même pas pu sortir pendant la récréation. Nous sommes inquiets, il y a des jets de pierre partout », a-t-il expliqué sous le sceau de l’anonymat.

Pour cette jeune dame qui a aussi requis l’anonymat, pour avoir de l’eau, il faut se lever à 3 heures du matin (…) « Le seul forage dans lequel nous puisons de l’eau est défectueux », s’est-elle lamentée.

Deux heures après les échauffourées, le courant a été rétabli non seulement dans le quartier Matam mais aussi, dans les autres communes qui étaient également privées depuis deux jours.

 Lire vidéos: