Conakry : Quand une histoire d’infidélité devient virale sur les réseaux sociaux (panel)

0
306

La mise à circulation sur les réseaux sociaux d’une vidéo montrant un homme ligoté et mis à nu a défrayé la chronique en début de semaine. Sa forfaiture selon des témoignages, a été d’être surpris en plein acte sexuel par le mari de sa partenaire. Ce dernier serait l’auteur de la grande humiliation dont il a fait l’objet. L’acte n’étant visiblement pas un cas de crime sexuel, votre quotidien électronique guineenews.org a donné la parole aux internautes pour recueillir les avis des uns et des autres sur la légalité ou non des agissements du mari cocu et si le principal acteur de ladite vidéo méritait un tel sort. Tous les détails sur Facebook

Jacques Koivogui : « Au-delà du fait que les deux soient consentants, c’est de l’adultère que le Mr a commis et cela est puni par la loi. Maintenant le traîner dans la rue de la sorte est contraire à la loi, quand on sait qu’on ne doit pas se rendre justice dans un pays de droit comme la Guinée. »

Ibrahima Sory Sow : « Selon la loi guinéenne, l’adultère n’est pas puni même s’il est consommé à domicile. Parce que la femme et l’homme son tous punissables devant la loi, puisque cela n’est pas possible, le législateur a renvoyé les gens devant leur responsabilité. Cet homme ne doit pas du tout subir cette humiliation. »

Mohamed Bah Fofana : « Les Guinéens ont vraiment besoin d’éducation sur certaines questions. Comment peut-on se réjouir, justifier une telle abomination ? L’adultère n’est quand même pas un viol, c’est un acte consenti de deux personnes majeures. Ceux qui disent que le mari trompé aurait dû tuer l’amant de sa femme, ignorent peut-être qu’il commettrait ainsi un meurtre. Même s’il s’agitait dans un tel cas d’un crime passionnel, cela n’est pas un fait justificatif. Et le juge ne serait même pas obligé de lui accorder des circonstances atténuantes. Par ailleurs, les smartphones commencent à devenir des instruments assez dangereux. Tout détenteur d’un tel appareil croit avoir le droit de prendre toutes sortes d’images et de les diffuser : des blessés ou morts dans un accident, des malades hospitalisés, des personnes tuées par la vindicte populaire etc. C’est un phénomène vraiment inquiétant. C’est l’autre face des TIC (technologie des informations et de la communication. »

Khadija Diallo :  « Un acte que je qualifie de barbarie tout simplement. Loin de moi l’idée de paraître sans cœur mais à un moment faut arrêter l’hypocrisie sur les réseaux sociaux. En Afrique de l’Ouest la femme guinéenne est réputée pour son comportement d’avoir un mari et un amant en même temps. Nous connaissons tous ici quelque part une femme qui trompe son mari et ce n’est pas pour autant qu’on le crie sur tous les toits ou qu’on le dise au mari cocu. Donc c’est quelque chose de fréquent chez nous, le mari n’avait tout simplement pas à s’en prendre à son rival (si je puis l’appeler ainsi) mais plutôt à sa femme qui a eu le toupet d’amener son amant dans le lit conjugal. »

Dial Abd : « Voici un exemple pertinent qui milite en faveur de l’argument selon lequel dans notre pays, signataire du traité des droits universels humains au premier rang desquels le respect de la dignité humaine, ne répond pas à l’appel, lorsqu’il s’agit de la conformité à la loi. L’adultère doit être condamné. Cependant, manquer autant à la dignité humaine de ces 2 individus par ailleurs consentants, doit être condamné. Ceci doit nous interpeller tous, ainsi que l’Etat, sur la promotion de nos textes de lois ainsi que l’éducation civique de masse, afin que l’on cesse de constater ces comportements populaires dans plusieurs domaines de la vie de la Nation, où la foule se rend justice à elle-même.J’aurais été le mari, mon attention serait dirigée à trouver des témoins et ainsi porter plainte. »

Alhassane Balde : « Personnellement, je suis contre la violence sous toutes ses formes mais, je pense qu’avant de juger le mari de la femme, l’honnêteté voudrais qu’on se mette à sa place un instant et se poser la question : si je trouvais ma femme qui plus est dans notre lit conjugal avec un homme, qu’elle allait être ma réaction ? La réponse sincère à cette question, pourrait davantage nous éclairer. L’adultère peut ne pas être un crime selon la Loi guinéenne, mais l’accusé en franchissant la porte a commis inéluctablement une faute lourde et je pense que la réaction est disproportionnée mais compréhensible. »

Kabinet Fofana : « Aussi ignoble que soit l’adultère dans une société à forte culture orale et religieuse, il est aussi dégradant d’atteindre à la pudeur et répugnant d’humilier de la sorte une personne. Ceci en dit long sur la déliquescence poussée de notre société. »

Arfamoussaya Macka Diaby : « Ce que cet homme a subi ne relève ni de la religion musulmane, encore moins de nos lois en vigueur. Selon la religion musulmane, il faut avoir quatre témoins devant une autorité religieuse, avant de décider son sort, soit sa libération, selon le témoignage aussi de la femme, ou soit la lapidation. En aucun passage du Coran, ça ne ressort qu’il faut attacher, ligoter et humilier dans la rue, un homme qui commet un adultère. Donc, sans doute, ceux qui ont infligé une telle humiliation à ce Monsieur méritent d’être corrigés. Du domaine de la loi, la famille du Monsieur humilié peut bien porter plainte contre ceux qui ont fait cette bêtise, à défaut de l’engagement de la police pour traquer les bandits. »

Fine Ibrahim Doualamou : « En se référant aux prophéties des livres saints, on se rend compte que la fin est proche et le jugement dernier est maintenant court. Tous ces actes ignobles ne sont pas surprenants aux yeux des croyants ? Il est vrai que qu’on ne se rend pas justice soi-même mais devant certaines situations beaucoup de personnes perdent le contrôle c’est peut-être le cas de ce monsieur. Certains préfèreraient qu’il assassine son rival, on assiste très souvent à ce genre de choses en forêt et d’ailleurs, reconnaissons que l’adultère est fortement interdite dans notre société africaine mais aussi dans la religion. Il faut être rempli vraiment d’un démon pour aller coucher avec une femme dans le lit conjugal de son mari en ayant ce courage extrême ; il faut également s’attendre à toutes les conséquences sous toutes les formes. Je ne connais pas le niveau d’instruction de ce monsieur qui a ligoté son rival le traînant dehors,  si c’était un intellectuel, il aurait dû demander purement et simplement le divorce au lieu de s’exposer lui-même et son rival. Tout ceci nous prouve à suffisance que rien n’est contrôlé dans notre pays, même les réseaux sociaux. Je ne supporte pas l’acte ignoble, mais en lisant dans l’esprit de ce dernier c’est un message fort pour les autres.  Pour me retirer, je pense que c’est une opportunité pour les hommes de lois de prévoir des sanctions pour ceux qui commettent ces genres de pratiques.

Youssouf Barry : « Cet homme a vraiment exagéré, mais ce qu’il a subi comme sanction est plus exagérée que son acte. Mais l’un dans l’autre, la morale a été ignorée. Ce phénomène est tel aujourd’hui que le législateur doit s’intéresser de façon urgente. »

Alpha Ibrahima Diogo Balde : « Cet homme méritait-il ce traitement ? Oui bien sûr, devrait-il être traité de la sorte ? A mon avis non, il a commis un acte ignoble, illicite, choquant certes, mais le déshabiller, le ligoter et le faire parcourir une telle distance devant tout ce monde est regrettable. Que doivent faire les autorités compétentes ? Si la législation guinéenne ne condamne pas l’adultère, c’est à dire un rapport consensuel, que risquent ces deux-là ? Rien. Cela m’amène ou doit nous amener à revoir ce passage de la loi. Si le mariage est un acte légal et légalisé, le mari n’a pas de droit vis-à-vis de sa femme ? Et inversement ? Si chacun se levait et allait chercher une femme d’autrui se satisfaire (avec consentement bien sûr), quelle allait être l’importance du mariage ? Il faut que l’adultère soit considérée comme un crime, il peut occasionner la mort, la division des familles, le mélange de sang (intrus), etc… C’est pour éviter tout cela que l’islam a sanctionné l’adultère soit par 100 coups de cravaches ou par la lapidation.

Bandabella Mossignna Koivogui : « Ce cas relance le débat sur l’incivisme du guinéen. On commençait à oublier les lynchages publics et voilà que les citoyens continuent à se rendre justice dans la plus grande méconnaissance de nos lois. L’adultère est dépénalisée en Guinée. Tous ceux qui ont participé à cet acte d’humiliation doivent être recherchés, arrêtés et traduits devant nos tribunaux.

Ousmane Ditinn Sidibe : « Tu construis ta maison, tu finances ton mariage, tu te bas pour la procréation et la certitude de la paternité, un jour après une dure journée, tu trouves un individu sur ta femme que tu aimes tant, le ligoter et filmer est la plus grande tolérance. Pour moi, on ne l’a pas déshabillé, il s’est déshabillé tout seul, on n’a fait que le sortir et filmer c’est tout !

Sogo Sogo Valdo : « Très difficile à juger. La réaction de chaque personne dépend de sa personnalité. Il est très facile de juger l’un ou l’autre quand on n’a pas vécu la même situation que l’un ou l’autre. La question qu’on doit se poser c’est : comment vais-je réagir si cela m’arrive ? Et à cette question, il est difficile d’y répondre tant qu’on n’a pas vécu cela. Il y a des lois d’un côté et il y a l’être humain de l’autre. On ne peut pas tout faire dans un État de droit. Mais qu’est-ce que nos lois disent sur ce genre de faits ? Ici, le mari a perdu son honneur, et je pense que le Monsieur qui est humilié l’a aussi perdu. Est-ce un match nul quand on sait que ça aurait pu virer au drame (mort) ? »

Soumah le Guinéen : « Adultère n’est pas pénal. Il n’y a pas de texte qui interdit cette pratique en Guinée jusqu’à preuve du contraire. Le mari de la femme ne peut rien contre lui devant les autorités juridiquement. Ce qui est arrivé à cet homme est une humiliation pure et simple de l’être humain. Cet acte est inhumain. Ceux qui l’ont mis dans cet état inhumain doivent être entendus devant les juges d’instruction pour que cela ne se répète plus dans notre pays. Si DIEU a respecté l’être humain alors, nous aussi devons-nous respecter de gré ou de force. Ces personnes sont poursuivables y compris le mari de la femme. »

Note de la rédaction 

Votre avis compte. Soyez des acteurs des infos que vous consommez en vous exprimant librement sur les sujets concernant l’avenir de la nation guinéenne. Vous aussi pourriez avoir la chance d’être publié sur le site de votre quotidien électronique. Il suffit d’aimer sa page Facebook en participant aux débats via le lien suivant : Guineenews officiel !