Conakry : Si l’UFDG participait aux législatives, elle gagnerait 33,7% contre 33,2% pour le RPG (Sondage)

0
247

Des élections législatives et référendaire sont prévues en Guinée le 1er mars 2020. Les grands partis de l’opposition et une frange de la société civile sont opposés à ce double scrutin. En prélude donc à ces élections, un sondage (voir : Rapport officiel) sur l’intention de vote des habitants de Conakry a été fait par l’Institut guinéen d’études et de sondages (IGES).

L’enquête a concerné uniquement la ville de Conakry et a été réalisée du 17 au 22 janvier 2020 dans les cinq communes de la capitale et s’est basée sur des données de l’Institut national des statistiques (INS) et le calcul a été fait sur un objectif de collecte de 1 230 personnes. Selon l’IGES, cette enquête de terrain a été réalisée sur un échantillon de 1 172 personnes au sein de la population en âge de voter vivant de manière permanente dans l’une des cinq communes de Conakry.

Parmi les questions posées par les enquêteurs aux 1 172 habitants de Conakry, il y a celles liées au recensement des électeurs, leur intention de vote si les grands partis de l’opposition participaient aux élections, le parti pour lequel ils voteraient et s’ils respecteraient les consignes de ne pas aller voter données par les grands partis de l’opposition.

Sur la première question, 17,5% des enquêtés affirment n’avoir pas été recensés à Conakry soit par manque de temps, soit parce qu’ils ne croient pas à la transparence des élections.

« Si les grands partis politiques de l’opposition participaient aux élections, êtes-vous certain d’aller voter ? »

Selon l’enquête de l’IGES réalisée avant l’annonce du couplage des élections législatives au référendum constitutionnel, près de 90% des habitants de Conakry avaient l’intention d’aller voter. Mais ces intentions sont conditionnées par la participation à ces élections des grands partis de l’opposition. Et au cas où ces partis prenaient part au scrutin, l’UFDG recueillerait 33,7% d’intention de vote contre 33,2% pour le RPG Arc-en-ciel.  L’UFR de Sidya Touré  vient loin derrière avec 21,4% d’intention de vote, devenant ainsi la seule formation politique à dépasser la barre de 10 points après l’UFDG et le RPG Arc-en-ciel.

Selon l’enquête, l’UFDG a plus de sympathisants chez les commerçants et les femmes, recueillant 45% des électeurs issus de ce secteur, alors que le RPG Arc-en-ciel recueille les meilleurs suffrages au niveau des cadres et élèves/étudiants, soit 41% contre 37% pour l’UFDG.

La même enquête indique que neuf sur dix personnes ont l’intention d’aller voter, un peu plus de la moitié des habitants sondés respecteront les consignes des grands partis de l’opposition de ne pas prendre part aux élections, soit 71% de sympathisants de l’UFDG, 59% de ceux de l’UFR et 52% au PEDN. Même certains sympathisants du parti au pouvoir (25,30%) respecteraient les consignes des principales formations politiques de l’opposition.

« Concernant les électeurs du RPG Arc-en-ciel, seulement un électeur sur quatre ne participera pas à l’élection législative si les principales formations politiques de l’opposition le leur demandaient. Le respect de la consigne de l’opposition par les militants du RPG Arc-en-ciel peut s’expliquer d’une part, par la crainte des violences qui peuvent survenir avec une élection sans les principaux leaders de l’opposition ; d’autre part, ils peuvent estimer qu’une élection sans les grandes formations politiques donnerait une victoire non méritée à leur parti qui fera face à des partis politiques sans un ancrage électoral solide et que de toute manière, qu’ils participent ou pas, le RPG Arc-en-ciel va remporter l’essentiel des suffrages », conclu l’Institut guinéen d’études et de sondages.

Intention de vote dans chaque commune

Si donc les grandes formations politiques de l’opposition participaient aux élections législatives du 1er mars 2020, à Kaloum, l’UFR recueillerait 57% de voix, contre 25,2% pour le RPG Arc-en-ciel. L’UFDG vient en troisième position avec 12,3%. Le PEDN de Lansana Kouyaté et le BL de Faya Millimouno ont respectivement 3,6% et 1,2%.

Dans la commune de Dixinn, c’est l’UFDG qui arrive en tête avec 40% d’intention de vote. Derrière, se trouvent respectivement le RPG Arc-en-ciel  (26,8%) et l’UFR (17%).

Après Kaloum, l’UFR garde son bastion de Matam (42%), suivie par le RPG Arc-en-ciel (31%) et l’UFDG (11,7). Dans cette commune, le PADES du Dr Ousmane Kaba obtient 1,4% grâce notamment aux ouvriers et aux « sans-emploi ».

Sans surprise, l’UFDG de Cellou Dalein rafle le meilleur score dans la commune de Ratoma (58%). L’UFR (18%) et le RPG Arc-en-ciel (15%) complètent le podium.

Le parti au pouvoir écrase largement les deux plus grandes formations politiques de l’opposition en récoltant 51% d’intention de vote contre 19% pour l’UFDG et 16% l’UFR.

Il faut préciser que ces statistiques sont celles d’un échantillonnage concernant uniquement l’électorat de Conakry. Malheureusement, les grands partis politiques de l’opposition ne prennent pas part à ces élections, accusant le pouvoir, avec la complicité de l’organe de gestion des élections,  d’avoir enrôlé de nombreux mineurs dans le fichier électoral. Selon l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), près de 2 millions 500 électeurs problématiques sont présents dans l’actuel fichier électoral.