Conakry : un avocat poursuivi pour « abus de confiance »

janvier 21, 2019 10:51

Un avocat à la Cour est poursuivi à Conakry pour abus de confiance. Il s’agit de Me Aboubacar Ouattara. A la barre ce lundi 21 janvier, le prévenu a rejeté les chefs d’accusation portés sur sa personne. Il soutient qu’il est victime  d’une « ingratitude poussée » après avoir défendu une société contre l’Etat, a-t-on constaté au TPI (Tribunal de Première Instance) de Kaloum.

Pour rappel, c’est le ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation qui a octroyé un marché de confection des livrets scolaires à la société Mil Impression avec un montant de six milliards sept cent quatre vingt six millions de francs guinéens (6.786.000.000 GNF). Après la prestation, la société Mil impression représentée par Mathurin Millimouno a rencontré des soucis dans le recouvrement de sa créance, d’où la constitution d’un collectif d’avocats.

Après cinq ans, M. Millimouno est entré en possession de son argent. Selon M. Ouattara, ils se sont convenus pour son honoraire à un milliard sept cent quatre vingt six millions de francs guinéens (1.786.000.000 GNF). Sauf que, ce montant que la défense juge exorbitant, n’a fait l’objet d’aucun écrit entre les deux parties. « Me. Ouattara est dans l’incapacité totale d’apporter une preuve attestant qu’il a arrêté un montant avec notre client. Pire, l’argent qu’il a perçu appartient au collectif d’avocats y compris lui-même conformément à l’esprit du document sur lequel il a apposé sa signature », accuse Me Faya Gabriel Kamano.

La tension est montée d’un cran quand un avocat de la partie civile s’est basé sur un article pour dire que son confrère de la défense, avec son statut de stagiaire et évoluant dans le cabinet de Me. Ouattara ne doit pas défendre. Une thèse soutenue par le procureur audiencier. Le juge a décidé finalement de renvoyer le procès à la quinzaine pour statuer sur la question.

A suivre…