Conakry : un membre du FNDC, récemment interpellé par la police, raconte son calvaire et accuse le patron de la DPJ

0
799

A la faveur de la conférence du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), le président de la jeunesse citoyenne de Guinée et également membre du FNDC, Bella Bah, a témoigné l’enfer dont il a été victime lors de son enlèvement le 25 janvier dernier, à l’occasion de la célébration de l’anniversaire des pendus au pont 8 novembre, organisée par l’AVCB.

D’après Bella Bah, personne n’est aujourd’hui à l’abri du kidnapping en Guinée. « J’ai été victime de façon flagrante d’un kidnapping le 25 janvier 2020 à l’occasion de la commémoration des victimes du camp Boiro. J’avais cru que c’était un vrai film. Il y a deux pick-up qui sont venus boucler la zone comme si je suis un terroriste. Des gaillards sont venus me prendre, un a pris mon cou, l’autre a attrapé mes mains et un autre m’a menotté et je me suis retrouvé dans leur véhicule.

Dès que je suis monté dans leur pick-up, ils m’ont aussitôt cagoulé. Imaginez ce à quoi je vais penser. C’est une torture psychologique sans précédent. J’ai été conduit où je ne sais pas et aujourd’hui je ne m’en reviens pas. Je ne sais pas où est-ce qu’on m’a envoyé. Tenez-vous bien, de 11 heures jusqu’à 22 heures, je ne savais pas où je me trouvais. C’est vers les 22 heures qu’on m’a envoyé quelque part que je ne connais point. Durant tout ce temps, j’étais toujours cagoulé et menotté. Leur schéma était que je dise tout, qu’on m’enregistre et finalement qu’on dise voilà ce que j’ai fait même si je ne connais pas.

Ce sont des méthodes archaïques avec un seul responsable qui est le Directeur général de la Police Judicaire, le Commissaire Fabou Camara et son clan. Fabou Camara n’est pas seul, il y a aussi le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile Albert Damantang Camara et le président de la République Alpha Condé. C’est toute une chaîne pour  torturer les citoyens guinéens qu’ils ont l’obligation de sécuriser. J’ai été conduit chez le commissaire Fabou Camara. C’est un véritable flic. Il a fait comme s’il ne connaissait pas ce qui se passait alors qu’il est au courant de tous les mouvements.

Thierno Ousmane Diallo, vice-président du FNDC de Matam a été aussi kidnappé depuis le 29 novembre 2019. Il était en compagnie de sa femme en état de famille. Ils ont été conduits au Commissariat de Matam où son épouse a été finalement libérée. Quand son cousin a été lui rendre visite à la DPJ, ce dernier aussi a été arrêté pour complicité. Ils sont toujours à la maison centrale de Conakry. Ils sont accusés qu’ils ont pris part à une réunion au cours de laquelle qu’ils ont fait ceci ou cela sans aucune preuve ».