Concession du port à Albayrak: Alpha Condé rechercherait-il un compromis avec les frondeurs?

août 26, 2018 4:36
0

Le bras de fer qui existe actuellement entre le gouvernement et les travailleurs du port autonome de Conakry(PAC) ne semble pas connaitre son épilogue de sitôt. Ces derniers sont déterminés à aller jusqu’au bout pour que la transparence et le droit soient respectés dans  l’accord de concession de 18 pour cent à la société Turc Albayrak.

Dans un entretien accordé à Guinéenews le samedi, le responsable du service de communication du PAC Moriba Kourouma  a indiqué que le président de la République tente un rapprochement avec les frondeurs. Une initiative pour trouver une solution à ce problème, dit-il.

D’ailleurs selon Moriba Kourouma, le président Alpha Condé doit recevoir le lundi 27 août au palais Sékhoutoureya le directeur financier et comptable du port.  Une rencontre au cours de la quelle Ibrahima Kalil Kéita doit présenter au président de la République les remarques préliminaires qu’il a apportées à ce contrat sur instruction du chef de l’Etat. Un rapport dont Guinéenews détient copie.

«Le président de la République n’a pas les bonnes informations. Pour preuve, il n’a pas accepté la démission de notre directeur financier, au contraire, il l’a reconduit tout en lui remettant encore le document signé afin qu’il le réexamine et lui fasse la bonne proposition. Et c’est ce qui fut fait par notre directeur financier et comptable. Déjà, il a fait un rapport préliminaire concernant les manquements dans ce contrat avec la société Truque. Et  ce lundi, Ibrahima Kalil Kéita va rencontrer le président et lui soumettre le document », a expliqué le responsable du service communication du port autonome de communication.

Déjà, le syndicat du PAC prévoit une marche qui débutera à la Bourse du travail pour se terminer à l’Assemblée nationale ce lundi 27 août. La première d’une série de manifestations prévue par les travailleurs du port pour faire revenir le gouvernement sur sa décision de concéder le port à Albayrak contre 18 pour cent de parts dans la gestion, apprend-on.