Concession du port aux Turcs: Dalein s’indigne, fulmine et fait de graves révélations sur le contrat

août 25, 2018 8:32
0

 «Il y a beaucoup de choses qui se passent actuellement. Ce sont les signes d’une fin de règne. Le bradage de nos ressources dans des conditions scandaleuses… »

La concession du Port conventionnel à une société turque, Albayrak, continue d’alimenter et à flot les débats dans la capitale Conakry. A l’occasion de l’assemblée hebdomadaire de son parti, le chef de file de l’opposition guinéenne n’est pas allé du dos de la cuillère. Cellou Dalein a dénoncé ce qu’il a appelé « le bradage de nos ressources dans des conditions scandaleuses ».

Depuis la signature de la concession du Port conventionnel entre le gouvernement guinéen et la société turque Albayrak, beaucoup de voix s’élèvent pour dénoncer le manque de transparence et les conditions dans lesquelles cette société a obtenu ce marché, qualifié par ses détracteurs, de « gré à gré ».  Alors qu’on ne l’avait pas entendu sur la passation du port conventionnel aux turcs, Cellou Dalein a profité de l’assemblée générale de son parti ce samedi 25 août pour revenir sur cette affaire qui défraie encore la chronique.

Le  principal opposant au régime d’Alpha Condé parle des « signes de fin de règne ».  « Il y a beaucoup de choses qui se passent actuellement. Ce sont les signes d’une fin de règne. Le bradage de nos ressources dans des conditions scandaleuses comme la concession du Port conventionnel qui doit être donnée à la société Albayrak. C’est un dossier d’Alpha Condé », accuse-t-il.

Poursuivant, Cellou Dalein a déploré le fait que ni le ministre de l’Economie et des Finances, ministre en charge du portefeuille de l’Etat, ni le ministre des Transports, ni le Conseil d’Administration du port encore moins le gouvernement  n’y ait été associé.

Selon lui, le port conventionnel est octroyé à Albayrak par la Présidence de la République et la direction générale du port.  « Des instructions fermes  de signer ont été données à la Directrice du Port autonome.  On envoie l’accord le 9 août et il dit, il faut qu’on signe parce qu’il (le président Alpha Condé, ndlr) doit aller en Turquie et il faut qu’il vienne avec le document ». A en croire, Cellou Dalein, « les techniciens du port n’étaient pas d’accord. Mais l’instruction était ferme. Il fallait le faire », martèle-t-il.

Il a aussi dénoncé l’attribution de l’aménagement Est du port  à une société sans appel d’offres pour 774 millions de dollars, sans aucune étude particulière.  C’est pourquoi, le leader de l’UFDG a salué les syndicalistes et leur courage « qui protestent non seulement pour leurs intérêts mais aussi contre la mauvaise gouvernance. Parce que cette attribution de la gestion du port à une société  dans l’opacité totale est une illustration éloquente de la mauvaise gouvernance dont M. Alpha Condé est coutumier.»

« Aujourd’hui, c’est l’enrichissement effréné des dirigeants. Ce n’est pas un secret. C’est pourquoi, on revendique un ministère plus juteux, on multiplie des marchés publics passés de gré à gré avec des surfacturations éhontées. Personne ne peut rien. Vous n’avez pas de Haute Cour de Justice. A l’assemblée, ils ont une majorité qui ne peut pas permettre de mettre en place  des commissions de contrôle parlementaire. L’impunité totale est accordée. Il faut s’enrichir. Personne ne peut interpeller quelqu’un  sauf si tu as un conflit sur le plan politique, on regarde ta gestion. Sinon le clan ne fait que s’enrichir. Le port, c’est pour enrichir le clan. L’importation des engrais, c’est pour enrichir le clan. Ils deviennent riches et ils ne veulent pas s’arrêter en 2020. Ils veulent continuer mais  ils nous trouveront sur leur chemin », prévient-il.