Condamnation d’Elie Kamano et Badra Koné : Les avocats de FNDC relèvent appel et dénoncent l’Etat

0
125
Me Gabriel Kamano,Avocat FNDC

Le secrétaire national de la jeunesse de l’UFR, Aly Badra Cheickna Koné et l’artiste et politique Elie Kamano ont été condamnés ce mardi 22 octobre à de lourdes peines par le tribunal de Première Instance de Mafanco. La sentence à peine tombée, le pool d’avocats a relevé appel séance tenante.    S’exprimant au nom de ses confrères, Me Faya Gabriel Kamano a déploré le fait que l’Etat guinéen ait « divisé » la population guinéenne en deux catégories.

« Nous sommes en train de vivre dans cette affaire une injustice d’Etat. Le gouvernement de la République de Guinée a créé deux catégories de citoyens en Guinée. Alors que l’article premier de la Constitution oblige l’Etat à traiter tous les citoyens au même pied d’égalité. Il y a des citoyens qui peuvent faire la promotion de la nouvelle sans être inquiétés et un autre groupe de citoyens qui est contre la nouvelle Constitution, est traqué, emprisonné, humilié et condamné de façon injuste », a-t-il regretté devant la presse.

Pour Me Kamano, ce qui est déplorable dans cette affaire, est que le pouvoir public veut se servir de la justice pour faire taire toutes les voix dissidentes. C’est pourquoi, a-t-il fait savoir, vous allez constater que c’est par synchronisation que les décisions de condamnation sont distribuées par-ci et par-là par les tribunaux de Dixinn et de Mafanco.

« Nos clients Elie Kamano et Badra Koné pour le fait d’exprimer leurs droits constitutionnels reconnus par l’article 10 de notre Constitution ont été condamnés à de lourdes peines. Que les pouvoirs publics soient convaincus que malgré le concours de la justice pour faire taire les opposants de troisième mandat, le projet ne passera jamais. La lutte continuera jusqu’au bout »,  a- t-il rassuré.