Conflit domanial à Dankakoro-Siguiri : le président de district raconte sa mésaventure

0
804

La vente d’un lopin de terre dédié au cimetière a dégénéré le mercredi 20 mai en affrontements violents entre deux groupes antagoniques à Dankakoro, un district de la préfecture de Siguiri. Des violences qui ont fait 22 blessés et d’importants dégâts matériels, a-t-on appris.

Quarante-huit heures après, le président dudit district, Maragbè fadouba Magassouba sort de son silence et parle des circonstances de ces violences et du lynchage dont il a échappé.

« Le problème, c’est au niveau du patriarche du district qui veut coute que coute mon départ. Récemment, la situation s’est envenimée lorsqu’un groupe de jeunes a voulu vendre le cimetière du village. Suite à cet agissement, une plainte a été portée contre ces jeunes. Lorsque ces derniers sont arrivés chez moi, ils ont fermé le forage puis se sont attaqués à mon domicile. Je n’ai eu la vie sauve qu’en fuyant. Parce qu’ils voulaient me tuer… », a déclaré le président fugitif du district Maragbè Fadouba Magassouba qui affirme avoir perdu une importante somme et d’engins roulants.

« Lorsqu’ils ont attaqué mon domicile, il y a eu 4 motos incendiées, 2 autres emportées et 22 personnes blessés. Car, j’ai une cour commune où j’habite avec mes enfants qui sont mariés et avec d’autres locataires. Ces jeunes assaillants ont ensuite emporté une somme de 250 millions fg que je devais déposer à la banque. C’est l’argent des sacs d’engrais que j’avais livrés à un agriculteur pendant la campagne agricole. Et il y’a eu aussi des chambres totalement calcinées chez moi », confie notre interlocuteur.

Faut-il enfin souligner que 5 personnes sont actuellement interpellées par la gendarmerie départementale de Siguiri dans le cadre des enquêtes sur ce dossier.