Congrès de tous les enjeux au Comité Olympique : Continuité ou révolution de palais ?

0
841

Le Comité National Olympique et Sportif de Guinée (CNOSG) compte procéder au renouvellement de ses instances dirigeantes, dans pratiquement un mois, pour un nouveau mandat.

Sauf changement d’agenda de dernière minute, l’Assemblée Générale Ordinaire Élective du CNOSG aura bel et bien lieu le jeudi 9 juin prochain à Conakry, en application de l’article 7 de ses Statuts.

Cependant, à l’allure où vont les préparatifs du scrutin, la campagne semble lancée avant l’heure et la bataille est féroce entre les deux camps. Soit, les électeurs reconduisent l’équipe sortante, au nom du slogan qui voudrait qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Là, on prend les mêmes et on recommence.

Soit, les congressistes font une profonde révolution, en opérant la grande rupture. Ce qui permettrait d’insuffler du sang-nouveau au sein du CNOSG avec l’arrivée de nouvelles têtes.

En attendant l’examen des candidatures, déposées par les Fédérations sportives au niveau de la Commission électorale indépendante, installée à cet effet, il y a d’une part, ceux qui soutiennent le Doyen Me Nabi Camara, qui veut rempiler pour un quatrième mandat.

Il y a ceux qui rêveraient d’une révolution de palais d’autre part pour mettre fin aux anciennes pratiques.

Pour déloger l’équipe sortante, les candidats de l’alternance menacent de sortir des preuves solides. C’est le cas, par exemple, du scandale de trafic de visas qui fait qu’aujourd’hui que le comité olympique guinéen est bloqué pour l’obtention des visas en Guinée, confient nos sources.

Mieux, les projets du comité olympique ne seraient plus financés par la solidarité olympique depuis un moment par, dit-on, manque de confiance et de non justification des dépenses antérieures.

Contacté, un responsable du CNOSG s’insurge contre ces accusations et parle de complot.

Mais selon une source sécuritaire, le trafic de visas est réel au CNOSG. « Ils montent les dossiers et font voyager les gens, qui ne reviennent plus au pays. Ils pensent qu’on ne connait pas toutes ces magouilles. Même les signatures du président du comité olympique sont falsifiées par certains membres. C’est très grave. Il faut un changement au sommet », a-t-elle précisé.