Contestations de la concession du port: la marche du syndicat reportée sine die

septembre 13, 2018 5:01
0

La délégation syndicale du port autonome de Conakry avait projeté de marcher  ce jeudi 13 septembre. Cette manifestation n’a pu finalement se dérouler en raison d’une demande express du secrétaire général de la confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG

«Suite à notre assemblée générale antérieure qui a été émaillée par des incidents malheureux suite à l’intervention des agents de la gendarmerie nationale. Par après, nous avons été convoqués  par le Secrétaire général de la CNTG, Amadou Diallo qui nous a prodigués de larges conseils. Avant de nous de demander d’ajourner la marche jusqu’à ce que l’inter-centrale entre en possession du contrat qui a été signé. Toutefois, il nous a demandés de continuer notre assemblée générale», a explique le syndicaliste Cheick Touré avant de préciser que les revendications vont se poursuivre à partir de la semaine prochaine, cette avec le soutien de la société civile.

«Le  lundi prochain, nous allons tenir notre assemblée générale avec les acteurs de la société civile.  Il y a une grande marche en perspective, celle de la colère. Nous allons communiquer la date  de cette marche à la faveur d’un point de presse qu’on organisera à la Maison de Presse», soutient Cheick Touré.

Lors de sa dernière sortie médiatique, le ministre des Transports a indiqué que ces mouvements de protestations engagées par le syndicat n’empêchent en rien le bon déroulement des activités au niveau du port autonome de Conakry.

Parce qu’il s’agit d’un petit nombre de travailleurs qui s’agite. Pour Cheick Touré, cette déclaration du ministre est tout à fait normale. Car, il ne maitrise pas le domaine portuaire, a-t-il indiqué.

«Aboubacar Sylla ne maitrise pas ce dossier. Il faut le comprendre, il ne maitrise pas le domaine portuaire. Cela se voit. C’est un ingénieur géologue. Il est un tribun politique et il parle pour la forme et non pour le fond. Le port autonome de Conakry compte  650 travailleurs directs 800 travailleurs indirects. Donc dire qu’il y’a 4 mille travailleurs au port, ne correspond à la réalité. Nous nous sommes propriétaires, les autres sont des locataires. C’est tous ceux-ci qui font 4mille. Les dockers relèvent, eux, de la marine marchande. Et Aboubacar Sylla oublie que dans l’enceinte du port, il y‘a d’autres occupants. Donc, il ne sait pas faire la différence entre le port autonome et les autres sociétés…», a-t-il martelé.

Un mois après la signature du contrat de concession avec la société turque Albayrak, les multiples protestations organisées par le syndicat du port ne semblent pas faire fléchir le gouvernement.  Au contraire, selon le ministre des Transports, ce contrat va aller jusqu’au bout.