Contrôle du parc automobile : Le ministre Sylla annonce un projet de ré-immatriculation de tous les véhicules

décembre 15, 2018 2:03

Le parc automobile guinéen est vieillissant. Pire, il n’y a aucune statistique fiable sur sa composition encore moins de visite technique. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la circulation routière, avec des embouteillages monstres, des accidents, etc.

Pour pallier cette situation, les autorités guinéennes ont décidé de lancer le projet de ré-immatriculation de tous les véhicules et d’instaurer la visite technique obligatoire. L’annonce de cette décision a été faite, vendredi 14 décembre 2018, à l’Assemblée nationale, par le ministre d’Etat chargé des Transports. C’est une société allemande qui s’occuper de cette ré-immatriculation.

« Nous avons le projet de ré-immatriculation de tout le parc automobile guinéen. Cette convention a été signée, il y a à peine quelques semaines, entre le ministère des Transports et le ministre des Finances d’une part, et une société allemande de l’autre. Nous allons donc, sans que l’Etat ne débourse un franc, procéder à la ré-immatriculation dans les mois à venir de tout le parc automobile guinéen. Nous avons un grand problème aujourd’hui. On n’a aucune idée sur la qualité, sur la composition et l’effectif du parc automobile.

Parce que depuis plus de deux décennies, il n’y a pas eu de ré-immatriculation du parc. On n’a pas de statistiques fiables aujourd’hui pour bâtir des politiques de circulation routière », a expliqué Aboubacar Sylla. Avant d’affirmer que 40 mille de véhicules sont immatriculés chaque année en Guinée : « […] ce que nous savons, ce que chaque année, il y a au moins 40 mille véhicules qui sont immatriculés en Guinée, qui viennent s’ajouter donc au parc existant, qui circule sur le même réseau routier. Ce qui explique évidemment la congestion de nos routes, et la situation des bouchons qui perdure un peu dans notre capitale. Une situation à laquelle nous allons nous attaquer et que nous espérons voir résolue au plus tard à la fin de l’année 2019 grâce aux différentes mesures que je suis en train d’évoquer. »

En plus du projet de ré-immatriculation, un projet de contrôle obligatoire des véhicules est lancé. « Nous avons également décidé de lancer le contrôle automobile. Le contrôle automobile est interrompu pour plusieurs raisons, parce que d’abord le parc est très vieillissant, et instauré un système de contrôle obligatoire et obliger tous les détenteurs de véhicules à passer par ce système et à disposer des quitus de ces centres de contrôle », a-t-il indiqué.

Cette action pourrait faire disparaitre de 80 à 90% du parc automobile. C’est pourquoi, en amont, le problème de transport va d’abord être réglé. « […] Ce serait condamné le parc automobile à disparaitre à hauteur de 80 à 90%. Donc il faudrait régler d’abord le problème de transport urbain avant de s’attaquer à cette question », a fait savoir le ministre des Transports.

Poursuivant, il dira que le parc automobile est estimé aux alentours de 400 mille véhicules.