Convocation du corps électoral pour le 22 mars : ce que Dr Oussou dit du décret d’Alpha Condé

0
765

La réponse de l’opposition à l’annonce du décret convoquant les électeurs le 22 mars comme l’a suggéré la CENI, ne se fera pas attendre. C’est du moins ce que nous retenons d’un entretien téléphonique que Dr Fodé Oussou Fofana a accordé à Guineenews en réaction à l’acte présidentiel de cet après-midi.

Dans ses propos, le vice-président de l’union des forces démocratiques de Guinée (ufdg), s’est dit tout d’abord surpris que le président de la République prenne ce décret sans tenir compte du coronavirus dont le premier cas est officiellement confirmé par le gouvernement guinéen ce vendredi 13 mars.

Et d’aborder la partie du décret qui prolonge la campagne électorale, pendant que le gouverneur de la ville de Conakry prenait plutôt des mesures interdisant les attroupements atteignant 50 personnes.

« Le président ne trouve rien comme réponse à Mathurin Bangoura et le peuple de Guinée que de convoquer les élections ».

L’autre aspect qui a suscité l’incompréhension du président du groupe parlementaire des libéraux démocrates à la dernière législature, porte sur la non prise en compte par le président Condé des recommandations de la commission d’audit de la CEDEAO. Il rappelle que le décret est signé sans que les mesures soient prises dans ce sens. « Même si, les 2,5 millions d’électeurs litigieux étaient retirés dans l’ordinateur, cela n’a aucun effet sur le nombre d’électeurs », dénonce-t-il. Rappelant que « les cartes d’électeurs imprimées sur la base du fichier mis en cause sont déjà distribuées. »

A propos de la réaction des opposants, il déclare que ces derniers vont se retrouver pour décider de la démarche à suivre. Mais déjà, à l’ufdg, il annonce, comme en représailles, que « l’assemblée générale qu’on voulait annuler, nous la faisons demain. » Car pour lui, « quand il (le président de la République ndlr) dit que la campagne finit le 20 mars, il désavoue complètement le gouverneur Maturin qui interdit les mouvements ». Mais pas seulement. Alpha Condé, par la même occasion, selon la lecture de l’opposant,
« autorise ceux qui ne sont pas d’accord de continuer aussi à manifester. »

Remettant ainsi au goût du jour, l’intention déclarée de l’opposition d’empêcher l’élection assez ‘’discréditée’’ à ses yeux par l’absence des observateurs déjà retirés et que le cas coronavirus n’encouragera pas à revenir.