Coopération : l’UE intensifie son appui à la Guinée pour sa sécurité intérieure

mars 28, 2018 8:39
0

Pour mieux assurer la sécurité des personnes et de leurs biens en Guinée, la délégation de l’Union Européenne accompagne la Guinée depuis 2013 dans le cadre de la reforme du secteur de la sécurité. Ce mercredi 28 mars, des représentants de cette institution et le ministre d’Etat en charge de la Sécurité et de la Protection Civile, ont procédé dans les locaux dudit département, au lancement officiel du volet sécurité intérieure du troisième Programme d’Appui à la Reforme du système de Sécurité (PARSS3).

Financé par l’Union Européenne à hauteur de 8,8 millions d’euros et mis en œuvre par CIVIPOL et l’ONG Coginta, ce programme sera réalisé dans les zones de Conakry, Coyah, Dubréka, Kafiliya, Boké, Mamou et N’Zérékoré.  Il interviendra notamment dans la protection civile, le renforcement des capacités organisationnelles du ministère, l’appui à la mise en place de la police de proximité, dans l’opérationnalisation de l’école nationale de police et de la protection civile et dans la poursuite de l’amélioration de la gouvernance locale de la sécurité.

Procédant au lancement du projet, le ministre Me. Abdoul Kabélé Camara a rappelé que le but visé est de mettre en place une police républicaine qui « assure  avec efficacité la sécurité des personnes et de leurs biens, la sécurité des institutions, la lutte contre la criminalité et le maintien de l’ordre sur toute l’étendue du territoire national.»

A l’en croire, le projet réunira à Conakry 9 experts permanents et une mobilisation de 83 expertises internationales.

De son coté, le chargé de programme à la délégation de l’Union Européenne en Guinée, Raymond Lataste a souligné que le renforcement de façon durable de la sécurité intérieure en Guinée, en modernisant les services de sécurité intérieure, est un projet ambitieux. C’est pourquoi, dira-t-il, « en dotant ce projet d’un budget de  plus de 92 milliards de FG, son institution a voulu mettre des moyens à la hauteur de cette ambition.»

Il faut préciser que le projet s’étendra sur une période 40 mois, soit trois ans et demi.