Coronavirus en Chine : l’heure est venue de se montrer solidaire dans la tempête

0
789

He Yin, journaliste au Quotidien du Peuple, partenaire de guineenews.org

L’infection à nouveau coronavirus touche le cœur des gens partout dans le monde. La conscience nous dit à tous que face à l’épidémie, le sort des êtres humains est le même. Ce n’est que par l’unité et la coopération que nous pourrons construire la force de défendre la vie.

Le monde a salué avec chaleur les actions de la Chine et loué sa puissance. Du haut jusqu’en bas, la Chine est unie de manière intégrée, avec une défense et un contrôle communs. D’une manière ouverte, transparente et responsable, la Chine a diffusé en temps opportun des informations sur l’épidémie à l’intérieur du pays et à l’étranger, a répondu activement aux préoccupations de toutes les parties et a renforcé la coopération avec la communauté internationale. Comme l’a souligné un article sur le site Internet espagnol, l’avantage institutionnel de la Chine qui lui permet de se concentrer sur les événements majeurs a été pleinement démontré dans la lutte contre l’épidémie. La détermination et les actions des 1,4 milliard de Chinois ont également contribué au maintien commun de la santé et de la sécurité publiques régionales et mondiales.

Sur ce point, le monde est tantôt chaud tantôt froid, et chacun exprime ses vrais sentiments. Jusqu’à présent, plus de 70 politiciens de plus de 50 pays et chefs de près de 20 organisations internationales ont envoyé des lettres ou d’autres moyens pour évaluer activement et soutenir les efforts de la Chine pour lutter contre l’infection à nouveau coronavirus, pour encourager Wuhan et la Chine. 11 pays, à savoir la Corée du Sud, le Japon, la Grande-Bretagne, la France, la Turquie, le Pakistan, le Kazakhstan, la Hongrie, l’Iran, le Biélorussie, l’Indonésie ainsi que l’UNICEF ont fait don de matériel de prévention et de contrôle de l’épidémie à la Chine, et les gouvernements de la Russie, du Vietnam, de l’Allemagne et d’autres pays ont également fait don de matériel de prévention et de contrôle de l’épidémie. Des collégiens allemands ont chanté « Que le monde soit plein d’amour ». Des amis japonais ont écrit des mots comme « Les montagnes et les rivières sont différentes, mais le vent et la lune partagent le même ciel ». D’innombrables moments touchants, tous racontent l’histoire de véritables sentiments qui se mélangent et des destins qui s’entrelacent, et montrent le sentiment que « nous sommes une seule et même famille ».

Nous vivons dans un monde globalisé. Aucun membre de la communauté internationale ne peut se trouver en dehors des événements mondiaux de santé publique. Le virus est l’ennemi commun des êtres humains. Gagner la bataille de la prévention et du contrôle de l’épidémie le plus tôt possible est l’objectif commun du monde entier. À l’heure actuelle, ce dont le monde a besoin n’est pas l’opportunisme de quelques fouineurs, pas davantage les préjugés et la discrimination des personnes étroites d’esprit, sans parler des comportements injustes de certains médias occidentaux qui apposent de mauvaises étiquettes et déforment délibérément les choses. L’unité pour le bien de tous est le courant dominant. Comme l’a dit Ban Ki-moon, ancien secrétaire général des Nations Unies et président du Forum de Bo’ao pour l’Asie, lorsque la guerre contre la résistance à l’épidémie aura gagné, ce dont l’histoire se souviendra, ce ne sera pas seulement les avantages du système socialiste à caractéristiques chinoises, mais aussi la responsabilité de tous les pays pour travailler ensemble pour faire face à la crise.

Dans cette période de tempêtes, la Chine et le monde sont dans le même bateau. Après l’épidémie de SARS en 2003, W. Ian Lipkin, professeur à l’Université de Columbia aux États-Unis, connu comme un « chasseur de virus », a développé une profonde amitié avec la Chine. Aujourd’hui, il est de retour en Chine, où il travaille avec ses homologues chinois pour contenir l’épidémie. Après l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014, la Chine a pris l’initiative de répondre à l’appel des pays africains pour une opération d’aide d’urgence. Aujourd’hui, la société sud-africaine U-Mask a fait don de masques médicaux à la Chine, et Yaya Touré, un joueur de football ivoirien, a enregistré une vidéo pour encourager Wuhan. On pourrait aussi citer des dizaines de milliers d’employés de la plus grande banque d’Afrique qui « portent des vêtements rouges et soutiennent la Chine ». Le partage du bon et du mauvais est la bonne attitude du monde face aux risques et aux défis, et c’est aussi une puissante inspiration libérée par la conscience d’une communauté avec un avenir commun pour l’humanité.

Parce que nos destins à tous sont connectés, les cœurs le sont aussi. Les yeux du monde sont braqués sur Wuhan. Ces derniers jours, les miracles des hôpitaux de Huoshenshan et de Leishenshan ont impressionné le monde. La BBC a rapporté de manière particulièrement vive les dizaines de millions d’internautes dans le monde regardant la retransmission en direct de la construction de ces deux hôpitaux d’urgence. Les internautes du monde entier appellent avec affection les engins de construction rugissants « Tonnerre Blanc » ou « Frère Red Bull ». Les gens louent la vitesse et l’efficacité de la Chine et croient en la puissance écrasante de la Chine.

L’heure est venue de se montrer solidaire dans la tempête, et les gens du monde entier choisissent sincèrement de se tenir aux côtés de la Chine. Les êtres humains ne seront jamais vaincus par le virus, et s’ils combattent l’épidémie ensemble, ils parviendront sans le moindre doute à la victoire finale.