Coronavirus et Sports : «…ça peut être très compliqué pour les boxeurs » (médecin sportif)

0
1263

Bien avant l’Etat d’urgence sanitaire imposant  la cessation des activités sportives, la Fédération Guinéenne de Football  avait pris la décision de suspendre le championnat national. L’une après l’autre, les autres fédérations ont emboîté le pas à la FEGUIFOOT. Y avait-il vraiment la nécessité de suspendre des championnats qui ne rassemblent pas grand monde où on paye parfois les supporters pour les encourager à aller regarder un match ?  Oui, répond le Dr Faya Marcel Léno du Centre national de la médecine sportive.

Appréciant hautement les décisions des différentes fédérations, le médecin sportif explique qu’il ne s’agit pas seulement d’éviter le rassemblement. « Le virus étant hautement contagieux, et surtout se transmettant à travers les voies respiratoires, le fait seulement d’éternuer peut le transmettre. C’était donc une bonne décision de suspendre les compétitions sportives aussitôt […] Parce que quand les sportifs sont ensemble et en activité, ça respire beaucoup », a-t-il dit.

Si la décision des Fédérations permettrait d’éviter la contamination des sportifs par le canal des matchs, elle pourrait aussi conduire à la méforme de beaucoup d’entre eux.

Pour rester dans le rythme, Dr Léno conseille aux sportifs professionnels l’entrainement individuel. « Le sport à horreur du vide. Or, l’interdiction des rassemblements et le respect de la mesure de distanciation constituent un vide chez les sportifs. Ça peut paraître compliquer pour les pratiquants de sport collectif comme le football, mais deux entrainements individuels par jour pourrait permettre de maintenir les capacités athlétiques», conseille-t-il.

Et de poursuivre : « d’un autre point de vue, les footballeurs peuvent s’en sortir facilement. Mais pour des sportifs comme les boxeurs, la gestion du poids peut être très compliquée par manque d’entrainement sérieux. Comme vous pouvez le savoir,  en boxe, quelques milligrammes de plus ou de moins suffisent pour disqualifier

Prêt à intervenir

Alors que le nombre de cas positifs détectés est en progression – maintenant une cinquantaine selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire –, Dr Léno se dit prêt à intervenir en cas de besoin. « Même étant médecin sportif, je suis prêt à intervenir si je suis sollicité. Je peux être utile dans cette lutte contre la pandémie… Le rôle du médecin est comme celui du soldat. Il est là pour défendre les autres », a-t-il affirmé.

Le besoin n’étant pas là, du moins pour l’instant, le médecin continue à s’occuper d’anciennes blessures contractées lors des derniers matchs. Et, il soigne même au-delà des blessures sportives.