Coronavirus : le Représentant résident de l’OMS en Guinée dénonce les stigmatisations et les restrictions envers la Chine

0
235

« Les autres pays ne doivent pas suspendre leurs relations avec la Chine »

Depuis l’apparition du coronavirus en Chine, certains pays décommandent à leurs ressortissants les déplacements vers ce pays. Ce vendredi 7 février, à la faveur d’une conférence animée par l’Ambassadeur de la Chine en Guinée, le Représentant résident de l’OMS a indiqué que le règlement sanitaire international ne recommande pas les restrictions à la circulation des biens et des personnes.  « L’OMS recommande la collaboration internationale dans tous les domaines et la coordination de tous les efforts pour que les mesures de protection, les équipements, la logistique soient mises en place et positionnées dans tous les pays au cas où des suspects seraient dépistés.  Il est plutôt recommandé d’être vigilant au niveau des points d’entrée. Donc il n’est pas recommandé que les pays suspendent leurs relations avec la Chine par exemple ou que le commerce soit interrompu », a fait savoir le Représentant de l’institution sanitaire mondiale en Guinée.

Dr. Kizerbo s’est par ailleurs félicité du fait que la maladie n’ait pas touché l’Afrique. Mais ce n’est pas pour autant, dira-t-il, qu’il ne faille pas prendre des précautions. « C’est pourquoi la maladie se transmettant par un contact proche par la toux et les éternuements notamment, il serait judicieux de montrer à la population les règles d’hygiènes individuelle et collective à observer.  Par exemple, éviter de tousser ou d’éternuer à l’air libre, le faire dans la manche de son vêtement ou dans un mouchoir, se laver très souvent les mains avec du savon ou des objets désinfectants », a-t-il conseillé.

Plus loin, le Représentant de l’OMS a rassuré la communauté guinéenne et internationale qu’en collaboration avec le ministère de la Santé et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, tous les domaines de la préparation sont en train d’être pris en charge. Au nombre de ces dispositions, il y a l’analyse et la prévision des risques, la communication sur les risques, le diagnostic et le laboratoire, les appuis techniques dans les différents domaines, la logistique et l’approvisionnement en matériels.

A en croire Dr Kizerbo, des recherches sont en cours avec la communauté scientifique pour voir comment éventuellement de nouveaux moyens de traitement et de vaccins pourraient être développés.  Il a invité les différentes communautés à la solidarité avec les pays touchés et d’arrêter la stigmatisation.

En plus du Représentant de l’OMS, il y avait aux côtés de l’Ambassadeur de Chine en Guinée, le Secrétaire général du ministère de la Santé.

Dr Sékou Condé a, pour sa part, égrené un chapelet de mesures prises par la Guinée depuis l’apparition du coronavirus. Parmi ces mesures, la communication et l’information se trouvent en bonne place.  » Lorsque la communication n’est pas bien maîtrisée, elle risque d’avoir des incidences sur la maîtrise de l’épidémie « , a-t-il indiqué.