Corridor Kamsar-Daramagnaki: Grâce à la CBG, des citoyens ont accru leurs revenus à près de 80% en 2020

0
365

Trois ans après sa mise en place, la première phase du projet d’appui aux activités génératrices de revenus (PA-AGR) a été clôturée ce 25 mars 2021 à Sangarédi dans la préfecture de Boké.

Le projet, qui couvre dix communes situées dans les préfectures de Gaoual, Boké et Télimélé, est financé par la Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) en collaboration avec le Centre d’étude et de coopération international (CECI) à hauteur de 3 millions 293 mille 762 dollars par la CBG et 455 mille 585 dollars par le CECI.

 Conçu pour cinq ans, dont trois ans en phase pilote, le PA-AGR vise à améliorer les conditions socio-économiques des populations impactées par les opérations de la CBG à travers le développement des activités génératrices de revenus.

Pendant la première phase (2017-2020), 48 groupements d’intérêt économique (GIE) ont bénéficié du projet avec un effectif de 1037 membres dont 68,66% de femmes et 79,36% des membres constitués de jeunes hommes et de jeunes femmes venant du corridor des opérations de la CBG  de Kamsar à Daramagnaki, en passant par Kolaboui, Tanèné, Sangarédi, Boké, Bintimodia, Missira, Wendou M’Bour et Koumbia. Ces GIE ont été appuyés dans les domaines de la pêche, le maraichage/agriculture, la saponification, la briqueterie, l’apiculture, l’élevage et l’environnement.

Le PA-AGR a également accompagné ces groupements dans d’autres domaines notamment leur restructuration, formations, dotation en équipements et infrastructures de production, alphabétisation fonctionnelle, mise en place du Fonds revolving, installation de groupements villageois d’épargne de crédit (GVEC), suivi et ajustement.

Les résultats de cette phase pilote sont encourageants, selon le Directeur général de la CBG, Souleymane Traoré: « Eu égard aux informations que j’ai reçues, il me semble juste de dire que les résultats ont été très bons. Il y a eu par exemple un accroissement des revenus des membres de certains GIE qui ont avoisiné les 80 % pour l’année 2020. Ce qui est, et doit être un grand motif de satisfaction pour nous tous, si nous comparons ce résultat à celui des débuts il y a 3 ans. »

Souleymane Traoré a insisté sur le fait que les groupements d’intérêt économique bénéficiaires du projet doivent se passer de l’aide : « Il faut que les membres des GIE se sentent totalement indépendants et autonomes, et qu’ils soient en mesure de dire qu’ils n’ont plus besoin d’aide. C’est ça le véritable sens de cet investissement, qui cadre parfaitement avec notre philosophie en matière d’interventions en faveur des communautés. Favoriser une indépendance et une autonomisation entières des communautés. Au lieu de donner un poisson chaque jour à quelqu’un, il faut lui apprendre à pêcher. C’est pour cela que nous disons au niveau de la CBG que nous faisons plus que de la bauxite. »

Mme Gomez Rachel Honorine Camara, Directrice Pays CECI, est largement revenue sur les résultats obtenus pendant la phase pilote: « J’ai le plaisir de vous annoncer quelques résultats percutants enregistrés après trois ans de mise en œuvre du projet, à savoir: […] environ 799 personnes dont 549 femmes et 322 jeunes ont bénéficié du Fonds revolving; 1O37 personnes, soit 100% des membres des 48 GIE, ont bénéficié des infrastructures et équipements de production et de commercialisation pour un montant total de 11 milliards 952 millions 576 mille 746 GNF; 100% des membres des GIE ont amélioré leurs techniques de production. Ce qui a conduit à une augmentation substantielle de leur production par rapport à la situation de base. »

Adama Hawa Sow, membre du groupement « Djokken eindhan », bénéficiaire du programme d’appui de la CBG, explique les avantages que son groupement a tirés du PA-AGR: « Quand ils sont venus pour nous appuyer, on était au bord du gouffre. Notre groupement ne parvenait pas à s’en sortir. Le programme nous a permis d’avoir une clôture pour notre champ, une moto-pompe pour l’arrosage de nos plants et un magasin de stockage de nos produits. On a également une décortiqueuse de riz. Ça nous a très bien servi parce qu’avant qu’ils ne nous accompagnent on s’endettait pour trouver de quoi manger. Mais depuis qu’ils sont là, notre situation a vraiment changé. »

Très satisfaite du projet, elle demande à ce que d’autres groupements aussi puissent bénéficier de ce genre d’accompagnement : « Nous souhaitons d’ailleurs que cette initiative soit pérenne et qu’elle puisse toucher ceux qui ne sont pas encore dans le programme.« 

Par rapport au prêt sans intérêt qui est accordé aux groupements, Adama Hawa soutient que sa structure a remboursé tout l’argent qu’elle avait pris.

Kémo Traoré, dont le groupement de pêche a bénéficié d’une barque, a fait savoir que l’appui de la CBG a permis de changer la vie de nombreux pêcheurs. Il a néanmoins besoin d’avoir des congélateurs pour la conservation du poisson, mais aussi d’autres instruments de pêche.

Dans son intervention, le Directeur du Contenu local, représentant le ministre des Mines et de la Géologie, Nènè Moussa Maléyah Camara, a félicité les différentes parties impliquées dans la réalisation du projet : « Cette rencontre se tient à un moment où le projet a parcouru  un chemin qui, sans nul doute, a permis de produire des résultats appréciables. C’est pourquoi je saisis cette occasion pour remercier et féliciter le partenariat entre la CBG, les Conseils préfectoraux de développement (CPD), les dix communautés et le CECI, qui a conclu à la mise en place et au bon déroulement de ce projet. »

Lire vidéo :