Couacs dans l’installation des élus locaux: très amer, Sidya sort ses griffes et fait des révélations

octobre 6, 2018 6:45
0

«Les accords UFR-RPG-UFDG battent de l’aile»

 Ce samedi 6 octobre, l’installation des exécutifs communaux a commencé par endroits dans le pays. Toutes choses qui ne seraient pas du goût des principaux partis de l’opposition qui dénoncent, d’ores et déjà, une violation des accords signés avec le parti au pouvoir dans le cadre des alliances électorales.

Interrogé sur cette question par Guinéenews ce samedi 6 octobre à sa résidence à Conakry, l’ancien Premier ministre Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), a fait savoir sa surprise de constater ces installations qui n’ont pas fait l’objet de communiqué officiel signé par les autorités.

« Nous avons constaté avec beaucoup de surprise que, notamment dans la préfecture de Boffa-centre  et dans toutes les Sous-préfectures, qu’on était en train d’installer les maires ce matin, contrairement au calendrier oral qui nous avait été communiqué », a déploré l’ancien Premier ministre et de poursuivre : 

«selon les informations que nous avons reçues, jusqu’au 15 octobre, il y aurait eu la formation avant la mise en place des exécutifs communaux. Mais ce matin, nous avons été surpris de constater qu’on était déjà passé à l’installation. La réalité de tout cela, c’est qu’en fait, on a signé des accords avec le RPG, une bonne partie de ces accords est en train de tomber à l’eau. Ce qui est certain, j’ai demandé à l’UFDG si elle avait un calendrier des installations des exécutifs communaux, l’UFDG n’en a pas non plus

Pour l’ancien Premier Sidya Touré, « il est inadmissible, incompréhensible que l’installation des exécutifs communaux qui concerne les partis politiques, notamment les trois principaux partis des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale, que personne ne soit capable de donner un calendrier précis. Les installations sont en train de se faire de manière sélective, selon ce qui arrange le ministère de l’Administration du Territoire. Je trouve cela inadmissible. Il faut que quand des accords sont signés, qu’ils soient respectés. S’ils ne peuvent pas être respectés, nous revenons à ce qui a été dit auparavant et puis on ira au vote normalement. Mais nous ne pouvons pas accepter que cela se fasse en catimini. Aujourd’hui, ce à quoi nous assistons, on essaye de nous faire un distinguo entre ce que le RPG a dit et ce que le ministère de l’Administration du Territoire est train de faire.»

Le président de l’UFR déplore le fait qu’on ait  attendu le week-end, un samedi qui n’est pas un jour ouvrable, pour aller faire de telles choses dans la mesure où aucune disposition n’a été prise auparavant. « Une autre programmation serait prévue ce dimanche à Forécariah, Kindia et Dubreka », confie le patron des républicains.

«En ce qui concerne par exemple, ma propre commune rurale, Mankountan, les élus du RPG qui devaient être avec nous dans le cadre de l’accord, parce qu’on aurait pu gagner sans eux, ont suscité une autre candidature pour laquelle ils ont voté contre nous », révèle Sidya Touré et de conclure : « C’est déplorable pour notre pays. Mais nous allons nous concerter aujourd’hui, en tout cas pour tous les partis qui sont intéressés par les exécutifs communaux