Covid-19 : des journalistes formés sur la continuité des services de santé 

0
500

«Renforcement des capacités des journalistes sur la continuité des services de santé en cette période de la pandémie Covid-19», c’est le thème d’un atelier  organisé du 8 au 11 septembre à Coyah par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique en collaboration avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

D’après la représentante du ministère de la Santé à cette rencontre, Dr. Maimouna Diallo cheffe de section santé maternelle à la Direction nationale de la santé familiale et nutrition, il s’agit de la continuation des soins dans les structures sanitaires.

«Il y a un projet TAKEDA qui vise trois pays à savoir le Togo, le Benin et la Guinée. En Guinée, nous avons l’expérience de la maladie épidémiologique à virus Ebola. Pendant cette crise sanitaire, nos femmes ne fréquentaient presque pas les structures sanitaires par peur de contracter la maladie. Cette fois-ci, le gouvernement a trouvé une stratégie. C’est d’amener les femmes dans les centres de santé en cette période de la Covid-19. Pour cela, 15 structures sanitaires ont été identifiées à Conakry. Avec les appuis techniques et financiers de l’UNFPA,  ces structures sanitaires seront mises dans toutes les conditions en termes de personnel, d’équipements et de produits pour leur bon fonctionnement», a-t-elle expliqué.

Quant à Dr. Apollinaire Delamou, médecin de profession  à l’UNFPA, cet atelier a été planifié dans le cadre de l’élaboration d’un projet pour la continuité des services de santé pendant cette pandémie Covid-19. «Il s’agit de développer des messages liés à la santé de la reproduction pendant la Covid-19. Nous avons estimé que les journalistes sont des agents vecteurs, des personnes qui véhiculent les messages vers les communautés pour dire que les services de santé sont disponibles en cette période de pandémie Covid-19», révèle-t-il.

Durant quatre jours, quatorze journalistes venus des différents médias ont été outillés sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes. Les questions d’égalité de sexe en période de  Covid-19 ont été enseignées aux journalistes. Il a été question également d’outiller les journalistes sur les prises en charges des femmes victimes des Violences Basées sur le Genre (VBG) en cette période de Covid-19.

Interrogée au sortir de la salle, Aminata Camara, une consoeur de l’audiovisuel s’est dit très heureuse de prendre part à cette formation. «J’ai compris beaucoup de choses relatives à la question de santé. J’ai compris également qu’une bonne information sauve des vies. Au retour à la rédaction, je ferais la restitution aux confrères et consœurs  qui n’ont pas eu la chance de suivre cette formation», a-t-elle promis.

Même son de cloche de la part de Aissata Sidibé, journaliste de la presse en ligne. «Au cours de cette formation,  j’ai compris la faible fréquentation des femmes dans les structures sanitaires en cette période de pandémie Covid-19. Dans la salle, nous avons élaboré des stratégies pour la vulgarisation de l’information sur les différents services de santé qui doivent continuer malgré la pandémie Covid-19», affirme-t-elle.