COVID-19: Le calvaire des Guinéens contraints de vivre à l’étranger

0
880

L’arrivée des Guinéens en provenance de Tunis dimanche 12 avril 2020 a, certes, soulagé beaucoup de familles.  Mais derrière ce réel ouf de soulagement, c’est le débat sur les autres compatriotes bloqués à l’étranger du fait de la fermeture quasi-systématique des frontières de tous les pays en proie au coronavirus qui est relancé.

Dans un communiqué publié hier dimanche, l’agence nationale de la sécurité sanitaire a annoncé « qu’un vol spécial de Tunis Air a atterri ce soir à l’aéroport international de Gbessia…. » avec à son bord 140 Guinéens qui étaient en soins en Tunisie avant la fermeture des frontières du pays. »

Mais le moins qu’on puisse dire c’est que cette initiative du gouvernement suscite beaucoup d’autres attentes. C’est le cas au Maroc où beaucoup d’autres Guinéens, en soins pour certains, traversent une période difficile.

Madame Diallo, partie pour un contrôle de deux semaines aura fait au meilleur des cas un mois de séjour supplémentaire. Et ce sera plus si l’actuelle période de confinement qui court jusqu’au 20 avril devait se prolonger dans ce pays maghrébin. Ce qui implique des dépenses supplémentaires non moins considérables. Pour son seul logement qui lui coûte près de 150 000 GNF par jour, cette mère de famille va débourser pas moins de 4 millions 500 francs Guinéens d’imprévus. Sans oublier les frais de nourriture et les autres besoins. On n’oublie pas le stress pour toute sa famille et pour elle-même.

Dans une conversation téléphonique avec Guineenews, notre compatriote confie connaître quatre personnes dans la même situation au Maroc. Et d’ajouter qu’une de ses connaissances, toujours au royaume chérifien, connaît dix autres Guinéens dans le même calvaire…

Récemment, le premier ministre déclarait chez nos confrères d’espace Fm, ne pas être au courant de cette situation de ses compatriotes contraints de rester hors du pays, avec toutes sortes de difficultés.

Du côté du Sénégal, c’est une autre dame qui disait dans la même émission, être dans des difficultés similaires au Sénégal.

Un témoin rapporte à Guineenews le cas d’une autre dame qui serait en train de dépenser son fonds de commerce pour survivre à Dakar….

Des cas certes non exhaustifs, mais illustratifs d’une misère que les Guinéens traversent dans les quatre coins du monde à cause de cette crise sanitaire sans précédent.