Covid-19 : le ministre Bouréma lance la campagne nationale de sensibilisation des communautés

0
2427

Accompagnés de ses homologues de la Santé, de l’Information et des Télécommunications, le ministre de l’Administration du territoire, le général Bouréma Condé a lancé samedi, dans la salle de conférence de la mairie de Dixinn, une campagne nationale  sensibilisation communautaire dénommée « campagne de sensibilisation contre la COVID-19 : la riposte communautaire ». Financé par l’USAID (Agence des Nations Unies pour le développement) via l’UNICEF, cette campagne devrait se dérouler dans les 38 districts sanitaires du pays et devrait s’étendre jusqu’au mois de décembre prochain. Elle consiste a mobilisé les acteurs locaux pour renforcer la sensibilisation et l’information des populations sur la COVID-19 à travers les médias nationaux (télévisions, radios rurales et communautaires, radios privés, sites internet…)

« Le choix de Dixinn d’accueillir le lancement officiel de cette activité n’est pas fortuit. En effet, cette commune (197 675 habitants selon le maire) a été un dense voyer de la pandémie. Elle abrite surtout le plus grand centre hospitalier du pays, l’hôpital Donka, qui a accueilli et continue d’accueillir depuis la déclaration de la pandémie dans notre pays, les nombreuses personnes contaminées », a expliqué le général Bouréma Condé qui a rendu hommage au personnel de santé pour son dévouement et son engagement dans la riposte contre la COVID-19. Et de poursuivre : « son opérationnalisation (de la campagne) qui démarre aujourd’hui sont possibles grâce à l’appui technique et financier de l’UNICEF et de l’USAID pour la mise en œuvre du plan sectoriel de riposte et de résilience contre la COVID-19 élaboré par mon département en son axe de la mobilisation sociale et de l’engagement communautaire.»

Le ministre a souligné les déterminants que les autorités locales – en tant qu’acteurs de proximité – ont à jouer dans la mise en œuvre de ce projet. Rappelant que les tueries intervenues à Womey (N’Zérékoré), lors de la lutte contre Ebola en 2014, était due à manque d’information de proximité, le ministre a appelé à l’implication des chefs coutumiers et ceux religieux, les jeunes, les femmes, les communicateurs, les élus locaux… dans cette campagne communautaire de six mois.

 Pour sa part, le représentant de l’UNICEF en Guinée, Pierre Ngom, dira que la campagne contribuera à informer, à écouter et à donner aux communautés les moyens d’agir contre la pandémie. « Cette campagne sera également l’occasion pour les acteurs régionaux et locaux d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences pour communiquer efficacement sur la COVID-19 afin de limiter la transmission […] Nous sommes donc convaincus que les acteurs mobilisés, les ONG impliquées et les équipes techniques identifiées à tous les niveaux contribueront de façon significative à renforcer la synergie d’action et le suivi des performances de la campagne… », a émis Pierre Ngom.

L’aide (financière et même technique) internationale étant maintenant disponible, la représentante de la chargée des affaires de l’ambassade des Etats-Unis en Guinée dira qu’il appartient désormais aux Guinéens d’agir pour éradiquer la COVID-19 de leur territoire.