COVID-19 : quel impact sur les projets de construction routiers en Guinée ? Naité répond !

0
596

« On est obligé, dans tous les chantiers que nous avons de reconsidérer de façon importante les travaux d’exécution…»

La pandémie de coronavirus qui est en train de frapper de plein fouet l’économie mondiale, aura un impact sur la réalisation des travaux routiers enclenchée en Guinée notamment sur le projet de construction de la route Coyah-Kindia-Mamou-Dabola. C’est le ministre des Travaux publics Moustapha Naité qui l’a annoncé lors d’un entretien en live sur la page Facebook de Guinéenews©

Moustapha Naité précise cependant qu’il « est trop tôt d’apprécier de façon globale l’impact de coronavirus sur la réalisation des travaux de réalisation en cours dans le pays ».

« Pour le moment, nous ne pouvons pas apprécier l’impact sur le secteur des travaux publics (TP), il faut faire une analyse globale de la situation tant sur l’impact financier que social après la pandémie. Ceci dit, avec l’apparition de cette pandémie, des restrictions sanitaire et social qui ont été mis en place, ont naturellement ralenti l’exécution des travaux. Par exemple, pour le déploiement du matériel et des équipes, il a fallu que nous sollicitions des dérogations spéciales, les entreprises ont dû redimensionner leurs équipes et donc forcément quelques arrêts de chantiers. Quand vous prenez la route nationale, Conakry-Kindia-Mamou-Dabola, le chantier était ouvert sur plus d’une quinzaine de fronts, mais on a été obligé de redimensionner pour ramener à ce qui est maîtrisable avec les mesures sanitaires à imposer aux uns et autres. Donc, la pandémie a ralenti l’exécution des projets routiers et ce n’est pas propre à la Guinée », fait-il remarquer.

S’agissant justement de ce tronçon, le chef du département des TP a fait savoir que le contrat des travaux d’exécution fixé à 3 ans au départ, n’est plus tenable. « Pour la première programmation que nous avions faite, on s’était fixé d’atteindre 24 à 25% avant les grandes pluies, le dégagement a été fait sur plus de 300 kilomètres, des ouvrages d’arts ont été réalisés, le pont de Linsan est pratiquement fini et beaucoup d’autres ouvrages ont été réalisés. On avait déjà avec la mission de contrôle, demandé à ce que le bitume soit mis à environ 80 kilomètres mais à date, on ne peut le faire avec la restriction qu’on a mise sur place, les équipes ont été réduites et il y avait d’autres experts qui devraient arriver mais qui ne peuvent se déplacer, tout est réduit au strict minimum. Ainsi, on a recentré un peu les objectifs pour que d’ici la saison des pluies, au moins le col de Kaka à la sortie de Coyah soit totalement fini. Qu’à cela ne tienne, on se prépare pour qu’une fois la pandémie maîtrisée que le travail aille vite. C’est vrai que ça va impacter un peu le calendrier mais je peux vous rassurer que nous avons des entreprises sérieuses sur ces différents tronçons et que le travail sera fait à la satisfaction de tous. Mais ce qui est évident, les trois ans ne seront plus tenables », souligne Moustapha Naité.

Outre la route Coyah-Kindia-Mamou- Dabola, l’impact de la pandémie, poursuit le ministre, se ressentira également sur la réfection du tronçon Donka-Dixinn.

A suivre…