Covid19 : des incidents se multiplient  lors du couvre-feu à Kissidougou

0
540

Autant des éléments des forces de l’ordre savent se montrer violents envers des citoyens durant cette période de confinement partiel, autant les gens commencent à faire preuve d’incivisme envers les forces de défense et de sécurité chargées de faire appliquer ces mesures, comme c’est le cas en ce moment à Kissidougou.

C’est ainsi que des patrouilleurs continuent d’essuyer des  jets de projectiles dans la commune urbaine de Kissidougou, depuis le début du couvre-feu. Les autorités locales et les services de sécurité pointent du doigt des habitants de plusieurs  quartiers de la ville, d’en être les auteurs de ces caillassages.

Il s’agit de Sogbè 1 et 3 ; de Missira; de Limania et de Korodou. Selon nos informations, ce sont là  des quartiers très animés de la commune urbaine là où des jeunes sont habitués à veiller jusque tard la nuit, dans des débits de boisson.

Le maire Yomba Sanoh a confié à notre reporter que des mesures ont été prises en vue de pallier ce type de comportements.

« Des dispositions ont été prises par rapport à ces actes. On a commencé à  faire la sensibilisation. Tous les chefs de quartiers et les chefs secteurs ont été convoqués ici à la mairie. Les responsables religieux. Il y a encore du battage médiatique et on a fait aussi la sonorisation mobile à travers un véhicule. On a sillonné les quartiers où nous avons constaté les défaillances et on a pris des dispositions ensemble avec tous les acteurs pour ne pas que de  tels comportements se répètent. Et les premiers jeunes responsables de ces actes,  ont été arrêtés, jugés et condamnés. Donc, cela a donné déjà l’exemple aux autres jeunes. Nous avons également arrêté un jeune qui avait pour mission de donner des fausses alertes. C’est à dire, il appelle le numéro 115 pour dire il y a un cas de COVID-19  dans telle zone. Donc, la commune a été appelée à travers la direction préfectorale de la santé. Donc le jeune en question  a été appréhendé, il nous a dit qu’il blaguait et on lui a envoyé à la police. Au jour d’aujourd’hui, il est mis à la disposition de la justice », a-t-il souligné.

Quant au commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie de Kissidougou, le commandant Kadia Mory Dioubaté à son tour, a indiqué à notre reporter que ‘’quand les agents sortent pour la patrouille, ils sont souvent victimes  des barrages érigés par des gens et de jets de pierres. Je dirais à la population que ce que les agents sont en train de faire, ce n’est pas contre quelqu’un. C’est plutôt dans l’intérêt des citoyens. Les agents sont en train d’exécuter le contenu d’un décret du président de la République. Il s’agit des mesures d’urgence. Donc, je voudrais que les gens y prennent conscience que ça, ça interpelle tout le monde. Donc, je dirais au nom de l’état-major préfectoral de défense et de sécurité, je mettrais alors, des gens en garde. Ceux- là qui sont en train de se comporter comme ça. Je les mets en garde que si quelqu’un est appréhendé dans cette attitude de nature à ne pas respecter les consignes dans l’exécution de ce décret-là,  l’intéressé sera arrêté et déféré devant le procureur de la république’’, a-t-il menacé.

Quant  aux forces de l’ordre qui tenteront de faire des exactions sur les citoyens, le commandant prévient : ‘’quand un agent transgresse les principes, le contenu de ces consignes qu’on donne avant que nous sortions pour la patrouille, nous allons envisager des mesures disciplinaires contre l’agent fautif. Ces mesures commencent par l’emprisonnement ou la mise à disposition de l’intéressé à la hiérarchie voire même la suspension de l’intéressé. Donc, nous sommes très fermes la dessus’’, a-t-il conclu.