Coyah: pas de cours dans certaines écoles privées et publiques

octobre 22, 2018 3:13
0

Ce lundi matin, certains élèves ralliaient les écoles pour suivre les cours, mais très malheureusement, ils ont été obligés de rebrousser chemin à cause des rumeurs qui faisaient état d’une attaque de la part des élèves qui ne vont pas au cours.

Du groupe scolaire privé Aïssata Bangoura en passant par Zali School, le collège et le Lycée Wonkifong, le constat reste-le même.

Selon le Directeur général de l’école privée Aïssata Bangoura, M. Ismaël Camara  les menaces pleuvent depuis un certain temps: «depuis hier, les parents d’élèves m’appelaient pour me dire que notre école serait la cible d’une attaque aujourd’hui. Cette rumeur a poursuivi son chemin et elle a fini par engendrer une psychose au niveau de toute la population scolaire. J’étais donc obligé de libérer ces quelques élèves qui étaient venus en attendant que les dispositions soient prises pour le bon déroulement des cours dans les jours à venir.»

De là, nous nous sommes rendus au Lycée Wonkifong ou quelques enseignants et élèves étaient présents, le proviseur du lycée reconnait les effets de la grève sur  l’établissement public dont il a la charge : «l’école guinéenne est malade, il faut sauver les innocents qui sont nos enfants», nous a confiés Ismaël Sogbè Soumah, proviseur dudit lycée.

Quant à Pépé Maurice, le principal du collège de Wonkifong, résume la situation en ces termes : « depuis l’ouverture, nous constatons l’absentéisme des enseignants titulaires, c’est pourquoi les élèves ne viennent pas en grand nombre
Il faut signaler que nous avons entendu quelques parents dire aux autres de garder leurs enfants à la maison jusqu’au lundi prochain, pour ne pas être dans l’inquiétude perpétuelle.

Une dépêche de Joani Millimono