Crime passionnel à Belle-Vue : Aicha Camara mise aux arrêts par la police

0
1615

Les agents du commissariat central de Dixinn ont mis fin à la course de la fille présumée auteure de l’assassinat de Oumar Baro Cissoko. Elle a été présentée à la presse ce jeudi 4 février.

D’après le Contrôleur général de police, Boubacar Kassé et par ailleurs, porte-parole de la police nationale,  c’est le 1er février 2021 aux environs de 22 heures que le commissaire central de Dixinn a été informé d’un cas de bagarre entre un jeune homme et une fille qui a entraîné la mort du premier dans le quartier Bellevue marché 2.

A en croire l’officier supérieur Kassé, sur les lieux de drame, la tutrice de la fille, salématou Sow, ménagère de son état a été mise aux arrêts pour complicité. Également, poursuit-il, le chef de secteur a été aussi interpellé dans le même cadre.

«Grâce à ce dernier, la fille a pris la fuite pour une destination inconnue en complicité avec son grand frère, Moussa Camara», a-t-il expliqué avant d’annoncer que les enquêtes ont permis de mettre main sur la fille à Coyah.

Interrogée, Aicha Camara, élève de la huitième année n’a pas nié les faits portés contre elle avant de demander pardon à la famille d’Oumar Baro Cisséko, son petit-ami.

«J’ai reçu la visite d’un ami, pendant que j’étais avec ce dernier, le jeune Oumar est venu. Il a pris la bouilloire pour aller aux toilettes. A son retour, il est venu me trouver je réparais mon pantalon, j’avais une lame en main. Aussitôt, il m’a donné un coup dans le visage, quand ma cousine lui a dit de cesser que ma tante est présente à la maison, il a répondu que ce n’est pas son problème. Il a continué à me rouer de coups, dans ma bagarre, la lame que je tenais, l’a éventré. Il est mon petit ami, nous sommes ensemble depuis plus d’un an. Il a agi par jalousie, je ne l’ai pas fait exprès. J’ai fui parce que j’avais eu trop peur. Je demande à la famille d’Oumar de me pardonner pour la faute commise», a-t-elle expliqué.

Devant la presse, Fodé Traoré, chef secteur de Belle-vue 2 a rejeté en bloc les accusations mises à sa charge. «Ce sont des bruits qui ont attiré mon attention, quand j’ai demandé de quoi il s’agissait, les gens m’ont répondu que c’est une fille qui a blessé son petit ami. A la question de savoir où se trouve la victime, ils m’ont répondu qu’elle se trouvait à l’hôpital.  Avec la tension qui régnait sur le lieu, j’ai appelé les policiers. Je n’ai jamais aidé la fille à fuir», s’est-il défendu.

Même son de cloche chez Salematou Sow, mère de l’accusée Aicha Camara. «Je suis au commissariat à cause de ma fille, je ne l’ai pas aidée à fuir, je demande pardon», a-t-elle affirmé.

Contrairement aux deux premiers, son grand frère Moussa Camara a reconnu les faits.

«Je suis là à cause de ma petite sœur. C’est elle qui m’a appelé pour l’aider à quitter le quartier Belle-vue. C’est ainsi que nous avons pris un motard pour aller à Coyah», a-t-il reconnu avant d’ajouter qu’il a fait cet acte pour éviter un lynchage.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.