Crise à l’USTG : Abdoulaye Sow fulmine et renvoie le patron de la FESATEL à son niveau intellectuel

0
790

« Le problème qu’il (Abdoulaye Barry de la FESATEL, ndlr) a, c’est qu’il n’a pas de niveau. Il a un problème de niveau intellectuel»

Tout comme Aboubacar Soumah du SLECG, Abdoulaye Barry, le Secrétaire général (SG) de la Fédération Syndicale Autonome de la Téléphonie et les fournisseurs d’internet (FESATEL) a suspendu les activités de sa fédération au sein de l’USTG, dirigée par Abdoulaye Sow.

Le Secrétaire général de la FESATEL proteste ainsi contre le manque de transparence dans la gestion de la centrale syndicale, mais aussi de la trahison (d’Abdoulaye Sow) et le défaut de soutenir au président de la Plateforme des Citoyens Unis pour le Développement (PCUD) Abdourahmane Sanoh.

En réplique à ces accusations, Abdoulaye Sow reste catégorique : « pas question d’accompagner les politiques dans leur lutte contre un troisième mandat et contre la Constitution ». Et de poursuivre : « nous ne sommes pas des politiques, nous avons pour rôle de défendre le travail et les travailleurs ».

Si le Secrétaire général de la FESATEL croit que la nouvelle Constitution comporte des points qui ne sont pas à l’avantage des travailleurs, Abdoulaye Sow, lui, estime que tout ce qui est lié à la Constitution est politique. « Quand ils nous ont demandé de faire une déclaration pour afficher une position contre la Constitution, nous avons été catégorique en disant non. Nous avons dit que nous sommes apolitiques, nous sommes syndicalistes… », a précisé Abdoulaye Sow, qui estime qu’il n’est pas du rôle du syndicaliste d’accepter ou de refuser une nouvelle Constitution.

En tout cas, Abdoulaye Sow estime que son collègue de la FESATEL n’a pas le niveau intellectuel pour discerner clairement le combat syndicaliste de celui politique. « Le problème qu’il (Abdoulaye Barry de la FESATEL, ndlr) a, c’est qu’il n’a pas de niveau. Il a un problème de niveau intellectuel», a rétorqué Abdoulaye Sow aux attaques du Secrétaire général de la FESATEL.

Lire aussi cet article : Crise à l’USTG : les langues commencent à se délier sur les causes de cette déconfiture