Crise au port et à la Cour Constitutionnelle : voici ce que les forces sociales demandent aux Guinéens

septembre 15, 2018 5:52
0

Les forces sociales de Guinée conduites par Abdoul Sacko, s’indignent des problèmes sociaux politiques que traverse actuellement le pays. Elles dénoncent les scandales financières enregistrés récemment à la Banque Centrale et à Dakar, la  crise qui secoue la Cour Constitutionnelle, la Concession du port de Conakry et l’hypothèse d’un troisième mandat pour le président  Alpha Condé.

Dans une déclaration qu’elles ont faite ce samedi 15 septembre à la Maison de la presse à Coléah, les Forces Sociales invitent tous les acteurs sociaux du pays, à savoir les hommes politiques en passant par les syndicalistes, acteurs de la société civile  et religieux  à se lever pour interrompre, disent-elles,  cette ‘’machination qui n’honore pas la jeune démocratie guinéenne.’’

«Cette dernière décennie, la population guinéenne est confrontée à une extrême pauvreté et le taux de chômage des jeunes ne dit pas son nom. Les infrastructures administratives et routières sont dans un état de dégradation très poussé. C’est en ce moment qu’on apprend que 21 millions de dollars sont portés disparus à la Banque Centrale », regrette Ibrahima Aminata Diallo qui faisait office de porte-parole des forces sociales pour la circonstance. Poursuivant, il a demandé au gouvernement guinéen l’ouverture immédiate d’une enquête concernant ce présumé ‘’détournement’’ à la BCRG.

Concernant la situation qui prévaut au port de Conakry depuis un mois, les Forces sociales expriment leur soutien aux travailleurs dudit port et demandent au gouvernement d’annuler ce contrat qui est décrié depuis sa signature.

 La Cour Constitutionnelle est minée par une crise depuis que 8 de ses membres ont demandé la destitution du président Kélléfa Sall.  Selon les Forces sociales, cette démarche est une grave violation de l’article 101 de la Constitution en vue d’écarter Kéléfa Sall qui pourrait s’opposer à un éventuel troisième mandat pour le professeur Alpha Condé.

Dans leurs déclarations, les Forces Sociales n’ont pas manqué de dénoncer les violences qui sont survenues à Mandiana et qui ont fait un mort. D’ailleurs, elles accusent le pouvoir en place d’être derrière cette frustration des jeunes.