Crise sociale : la société civile demande aux populations de cesser toute activité économique et professionnelle

0
1831

La marche dite de la « dignité » des Forces sociales de Guinée n’a pas pu se tenir ce lundi 23 juillet, puisqu’étant interdite par le gouvernorat de la ville de Conakry.

La police et la gendarmerie ont suivi les instructions à la règle en dispersant tout attroupement et en arrêtant certains marcheurs. La marche ayant donc été étouffée, les organisateurs réunis au sein du mouvement  dénommé les « Forces sociales de Guinée » ont qualifié cette décision des autorités de « violation délibérée des droits fondamentaux qui fondent toute nation démocratique

Comprenant que les manifestations ne vont pas être autorisées, « en violation de l’article 10 de la Constitution », les acteurs de la société civile se tournent désormais vers les populations. Ils les invitent à cesser toute activité économique et professionnelle jusqu’à ce que le litre du carburant à la pompe revienne à 8000 GNF.

« Les Forces sociales de Guinée déplorent et dénoncent avec la dernière énergie des prises en otage ciblées et brutales de leurs membres et sympathisants. Les Forces sociales de Guinée exigent leur libération sans condition et met le gouvernement en garde contre tout acte de torture et de mauvais traitements », ont-ils indiqué dans une déclaration publiée cet après-midi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.