Croisade contre les loteries illégales en Guinée : fin de parcours pour un présumé escroc

0
288

Le Haut commandement de la gendarmerie nationale, direction de la Justice militaire, par l’entremise de sa cellule de communication, a procédé à la présentation d’un présumé malfrat, ce jeudi 14 janvier 2021, au siège de l’Escadron mobile N°1 de Kaloum.

Selon le lieutenant Aboubacar Saran Bangoura, adjoint au chargé de Communication du Haut commandement de la gendarmerie nationale, direction de la Justice militaire, le prévenu agissait en étroite collaboration avec d’autres éléments dont il est le chef et le recruteur.

« Il a été capable, à travers la loterie qu’il a mise en place, d’escroquer à grande échelle les populations à Kamsar et à Sangarédi. A cet effet, il y a eu des soulèvements au sein de la jeunesse de ces localités », a indiqué l’officier de communication.

 Aux dires du lieutenant Bangoura, le sieur Sékouba Traoré, a débuté sa forfaiture il y a six mois dans la sous-préfecture de Sabadou Baranama dans la prfecture de Kankan où il profitait des marchés hebdomadaires pour escroquer les gens.

 Interpellée sur cette situation, poursuivra-t-il, la direction de la Lonagui a mis en place un dispositif à partir de sa Police des jeux, composé de gendarmes et de policiers, appuyé par l’Escadron mobile N°1 de Kaloum, qui a réussi à mettre le grappin sur le présumé auteur le 12 janvier dernier.

Interrogé sur les faits mis à sa charge, le présumé auteur de la forfaiture, les a reconnus sans ambages. Toutefois, M. Sékouba Traoré a déclaré n’avoir pas su à temps qu’il existait en charge de la réglementation du secteur des jeux. Et que dès qu’il l’a su, il aurait déposé ses dossiers à la Lonagui en vue d’avoir sa licence.

 Mais déjà, l’homme a rassuré que partout où il opère, il se présente au gouverneur, au préfet et au directeur préfectoral de la jeunesse pour bénéficier l’autorisation d’exercer son jeu, avec une mise de base d’au moins 200.000 GNF pour des gains oscillant entre les motos et les écrans plasmas, les sacs de riz et les congélateurs, entre autres. Le Mali, le Sénégal et la Côte d’Ivoire sont les pays où le prévenu dit avoir organisé sa loterie.

Mais de l’avis de l’adjudant-chef Mamady Kabinet Kaba, responsable de la Police des jeux à la Lonagui, le sieur Traoré n’organise pas un jeu, mais une forme d’escroquerie.

 « Parce que tout simplement, quand on expose les objets, vous verrez qu’il y a un complice dans la foule qui s’annonce et qui dit qu’il veut jouer. Il demande après le ticket. On le lui vend. Puis, on sort une enveloppe qu’on ouvre et on lui dit qu’il a gagné une moto, par exemple. Et cet objet retiré se trouve dans une autre préfecture et dans le même lot », a expliqué le gendarme, tout en ajoutant que l’opération qui a abouti à l’interpellation du prévenu a été lancée depuis le 6 septembre 2020. Et qu’à ce jour, au niveau de la Brigade de recherche de Boké, il y a neuf plaignants qui réclament une somme de 74.900.000 GNF.

Exercice illégal de la loterie et escroquerie. Ce sont là les chefs d’accusation pour lesquels est poursuivi M. Sékouba Traoré. Au terme de sa présentation à la presse, il sera mis à la disposition de la justice pour le fixer sur son sort.