voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    30 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Culte : Nanfo descend en flammes le Conseil islamique malien et tresse des couronnes à son président

    «Toute déclaration de ce haut conseil islamique Malien, sans son président ne me fait ni chaud, ni froid… En tant que citoyen de la CEDEAO, et Imam panafricain, je me sentirai toujours chez moi à Bamako sur la terre africaine du Mandé et aucune mesure illégale ne peut être prise par les autorités maliennes contre un Mandéka comme moi sur injonction des membres de sectes soumises aux caprices des maitres étrangers sur le dos desquels ils vivent de mendicité».

    C’est en substance la virulente réaction du très controversé prédicateur musulman et promoteur de l’écriture N’Ko, Ismael Nanfo Diaby au communiqué du Haut Conseil Islamique malien qui réclamait hier jeudi son expulsion du Mali.

    C’est à la faveur d’un point-presse qu’il a animé dans l’après-midi de ce vendredi à son domicile à Kankan que l’imam Nanfo a décidé de répliquer à cette déclaration de la plus haute instance islamique du Mali.

     « J’ai appris par voie de presse et à travers les réseaux sociaux, une prétendue déclaration, que je suis menacé d’expulsion en terre africaine du Mali par le Haut conseil islamique du Mali à l’insu de son président Cheick Chérif Ousmane Madani Haïdara. Pour moi, toute déclaration de ce Haut Conseil sans son président ne me fait ni chaud, ni froid », a ainsi vertement rétorquer Nanfo Diaby jetant ainsi le doute sur la légitimité et la légalité de cette déclaration dont s’est fendue hier le Conseil islamique malien.

    Poursuivant sa diatribe enflammée, Nanfo Diaby oppose à cette sortie du Haut Conseil islamique malien son panafricanisme. « En tant que citoyen de la CEDEAO, et Imam panafricain, je me sentirai toujours chez moi à Bamako sur la terre africaine du Manding et aucune mesure illégale ne peut être prise par les autorités maliennes contre un Mandéka comme moi sur injonction des membres de sectes soumises aux caprices des maitres étrangers sur le dos desquels ils vivent de mendicité », s’est-il lâché.

    En outre, Nanfo Diaby affirme avoir passé un excellent séjour dans la capitale malienne en compagnie de son hôte, en l’occurrence le président du haut conseil islamique malien, Ousmane Chérif Madani Haïdara.

    « J’ai été bien traité au Mali. Je suis à présent chez moi à Kankan. Nous avons eu des entretiens fructueux avec le Cheick Ousmane Cherif Madani Haïdara qui est lui-même partisan de notre idéologie. Je n’ai subi aucune pression pour revenir. La preuve en est que la prétendue déclaration du Conseil en absence de son président, sans son cachet ni sa signature, a trouvé que je suis déjà rentré ici à Kankan », a-t-il recadré

    Par ailleurs, joint au téléphone depuis Bamako, le chargé de la cellule de communication, du guide religieux malien et président du Haut conseil islamique, Yaya Konaté a confirmé les dires de Nanfo Diaby.

    « Effectivement le guide a reçu Nanfo chez lui dans la courtoisie. Pendant leurs échanges, Il a aussi assuré qu’il est bel et bien possible de prier dans une autre langue outre que l’arabe. Donc la déclaration qui a été lu n’est pas en concordance avec la position du président du conseil islamique en la personne de Cheick Ousmane Madani Cherif Haidara », a confié à Guinéenews ce proche du très respecté guide religieux malien.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE