Culture : Conakry réédite l’exploit en s’adjugeant le Grand prix du FENAC

décembre 27, 2018 12:11

La parenthèse s’est refermée sur l’édition 2018 du Festival National des Arts et de la Culture (FENAC) ce mercredi 26 décembre à Conakry. Ce, au terme de quatre jours de compétition au cours desquels les participants, venus de partout à travers le pays, ont rivalisé d’ardeur dans spet (7) disciplines retenues à cet effet.

La cérémonie de clôture, présidée par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, a été rehaussée de la présence des ministres Bouréma Condé de l’Administration du territoire et Tibou Kamara de l’Industrie et des PME, ainsi que de leurs collègues de l’Action sociale, de l’Agriculture, du Budget, et de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, outre le gouverneur de Conakry et plusieurs autres invités.

Dans son discours de circonstance, le chef du gouvernement a salué la prouesse et la dévotion de l’encadrement culturel et artistique pour, dit-il, avoir pris l’engagement de relancer la culture nationale. Ibrahima Kassory Fofana a, par ailleurs, rassuré que le soutien du gouvernement ne fera pas défaut sur ce front stratégique du développement social et économique de la Guinée.

Comme pour soulager ceux qui ne seront déclarés vainqueurs au terme de la délibération du jury, il a indiqué que l’essentiel n’est pas tant de vaincre que de conquérir. « En venant compétir, on a déjà gagné le pari: c’est le pari de la participation à une œuvre commune, qui est celle de construire notre Guinée à nous tous », a laissé entendre Kassory Fofana.

Tenu sous le thème « Consolidation de l’unité nationale » ce 17ème Festival national a été auréolé de 56 prestations faites dans les 7 disciplines à savoir: le théâtre, le slam ou l’art du récit, le stand up ou l’humour, le chœur, l’ensemble instrumental, la percussion, l’orchestre moderne et la musique urbaine.

Trois espaces ont accueillis les compétiteurs dans ces disciplines, notamment le Musée national de Guinée pour le théâtre et l’humour, l’espace culturel Fougou Fougou Faga Faga pour le chœur, l’ensemble instrumental et la percussion, et la Paillotte pour l’orchestre moderne et la musique urbaine.

Selon les résultats par discipline égrenés par le directeur national de la Percussion, Amine Touré, par ailleurs président du jury, voici le classement par ordre de mérite:

Théâtre, slam ou art du récit: Premier Matoto, Stand up ou humour: Premier Matoto, Chœur: Premier Kissidougou, Ensemble instrumental: Premier Kankan, Percussion: Premier Faranah, Orchestre moderne: Premier Matam, et Musique urbaine: Premier Dixinn. Avec une enveloppe de 5 millions de GNF pour chaque premier dans chacune des disciplines.

Au compte du classement général, le premier Grand prix a été décerné à la région de Conakry, suivie de Kankan pour la deuxième place, et Nzérékoré pour la troisième. Ces régions repartent respectivement avec 300 millions GNF, 250 millions GNF et 200 millions GNF pour récompenser leurs places de première, deuxième et troisième.

Suivent après les régions administratives de Faranah, Mamou, Kankan, Boké et Labé. Une performance qui vient ainsi déjouer la volonté du président Alpha Condé à voir les villes de l’intérieur du pays s’adjuger ce prix devant la capitale, Conakry.

Toutes les régions ont reçu des attestations de participation à la fête qui fut plutôt riche en couleurs et belle par la qualité de l’organisation. Toute chose qui, aux yeux de Kassory Fofana, augure de l’espoir. C’est du moins ce que le locataire du Palais de la Colombe a exprimé avant de recevoir le drapeau d’honneur des mains du Secrétaire général Isto Keira  pour le gouverneur de Conakry, le général Mathurin Bangoura.